Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyage de presse Diptyque, fabrique et céramique, le chic !

15 Mai 2012 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COULISSES de mon job

 

 

Chers lecteurs et lectrices assidus, je sais, je vous tiens en haleine en me Bougie-geante-Diptyque-feu-de-bois-bougie.jpgfaisant un peu rare, mais le temps passe à une vitesse de dingue et faut un peu que je travaille, quand même…

Ce ne sont donc pas les sujets qui manquent mais le temps, et pour revenir un peu aux sources du blog -à savoir, « vis ma vie de journaliste » -, je vais vous raconter un chouette moment.

Il se trouve que j’ai eu la chance, le privilège et la grande fierté d’être invitée au tout premier voyage de presse organisé par la maison Diptyque (j’en avais parlé, il y a déjà longtemps dans un article sur la popularité et l’image des marques de luxe…ICI ).

Donc non seulement ils organisaient un VP pour la première fois, mais pour la première fois également ils ouvraient un rideau sur leurs coulisses : le but du voyage était de visiter l’usine de porcelaine qui fabrique les pots de leurs bougies géantes d'1,5kg, à Cahors (près d’Agen).

 

Nous étions 3 journalistes françaises, en plus de l’attaché de presse ( kisses BTW ) et de la directrice de la communication, à rejoindre 3 journalistes anglaises au majestueux Château de Mercuès, un Relais-Château médiéval, perché sur une colline, offrant une vue imprenable sur la région et qui accueillait en son temps les Evèques français. Il y est produit un grand cru Malbec, appellation Cahors, réalisé dans les sous sols du Château, dans un chai-cathédrale magnifique… C’est important pour la suite, car le week end était placé sous le signe du terroir, du goût et de l’élégance

 

Voyage-de-presse-Diptyque-Chateau-de-Mercues.jpg

 

Après avoir découvert nos chambres (et au passage en cadeau de bienvenue la dernière création de la marque : le palet parfumé floral « Choisya ») nous sommes partis à la rencontre des passionnés qui ont repris l’usine de porcelaine Lot Virebent, lors d’un déjeuner champêtre au Clos d’un Jour chez Véronique et Stéphane Azémar, des producteurs de vins et designers travaillants avec l’usine sur une bouteille de vin…en porcelaine !

Nous avons tous été reçus dans leur grange et choyés par une de leur voisine, ancienne restauratrice, qui nous avait concocté un repas super sain et gouteux plein de ratatouille-tapenande, de bons légumes mijotés, de viande fondante et de « blanc manger » pour finir…l’ambiance était très chaleureuse, loin du parisianisme fatiguant qui est si souvent le notre. Je n’ai pu m’empêcher de remarquer, au mur, une sorte de tonneau-fontaine fait de bois et sculpté venant d’Allemagne, qui n’est pas sans rappeler l’étiquette Diptyque ovale et ses inscriptions, vous ne trouvez pas ?

 

le-clos-d-un-jour-vin-bouteille-porcelaine-Virebent.jpg

 

Nous avons ensuite filé à la fabrique Lot Virebent, l’une des dernières manufactures de porcelaine Française, pour découvrir l’envers du décor des sublissimes bougies géantes que Diptyque a lancé l’an dernier. Là nous avons pu découvrir ce qu’artisanat peut encore vouloir dire en France. Non seulement l’usine fabrique ses propres pièces (avec la collection Cabinet de Curosités pour laquelle j’ai carrément fondu), mais elle fabrique aussi pour des designers, en plus de Diptyque. Nous avons pu y suivre la création des pots, sous nos yeux.

ateliers-usine-porcelaine-francaise-Lot-Virevbent-fabrique.jpg

 

En gros, on coule la pâte liquide dans le moule qu’on laisse reposer. Celui-ci, poreux, en absorbe l’humidité sur une certaine épaisseur. Quand l’épaisseur voulue est atteinte, c’est le moment M où il faut arrêter le process : on déverse ce qui n’a pas « pris » et l’on se retrouve avec une couche qui suit la forme du moule à l’intérieur. Vient le démoulage : on enlève le fond, puis on ouvre le moule en deux et voilà qu’éclos un embryon de pot à bougie géante Diptyque. A ce stade, l’ensemble est encore assez mou… ce qui a rendu possible la surprise que l’on nous avait réservé : un atelier de customisation pour chacun graver ce que l’on voulait sur un de ces pots ! En effet, après, le pot est cuit puis envoyé chez le cirier près de Marseille : la Manufacture Française de Bougies basée à Carnoux-en-Provence (là où il y a un monsieur qui détient THE secret de comment travailler les parfums dans la cire pour qu’ils se diffusent en continu quand la bougie brûle et ne s’évaporent pas quand elle est au repos).

 

virebent-diptyque.jpg

fabrique-porcelaine-lot-Virebent-Diptyque-bougie-geante-fa.jpgCe que j’ai vraiment aimé dans cette visite, outre la personnalisation, c’est l’aspect unique de chaque pièce, le côté artisanal. Dans l’étape suivante, chaque pot est lissé à la main, à l’éponge, pour le débarrasser de toutes ses aspérités et de ses « coutures » (les traits qui restent entre les moitiés du moule), et après une première cuisson, chaque pot est recouvert de ce qui deviendra l’émail, soit en le trempant dans un bain, soit en le vaporisant au pistolet, toujours à la main. On comprend le petit supplément d’âme qui se dégage des produits Diptyque et le sentiment de « maison familiale » que le nom a conservé…

Nous nous sommes donc prêtées au jeu avec joie, et à présent j’attends avec une très grande impatience de récupérer ma bougie unique, personnalisée par mes soins #monprécieux…Diptyque-bougie-geante-Porcelaine-Virebent.jpg

 

VOIR LA VIDEO REALISEE PAR DIPTYQUE:

 

 

Pour finir l’après midi en beauté, nous avons ensuite été visiter un cépage et fait une dégustation de vins au Clos Triguedina, chez Jean Luc Baldès, un vigneron de 7ème génération et spécialiste du Malbec chez qui j’ai acheté du vin de lune : un blanc délicieux, moelleux mais sans la lourdeur du sucre qui reste en bouche, dont le nom vient des récoltes officieuses que les paysans faisaient de nuit pour éviter de payer l’impôt au seigneur sur ces raisins là.

Clos-triguedina-jean-luc-baldes.jpg

Puis retour au château prendre un bon bain avant le dîner dans une salle à manger de princesse…

 

Le réveil le lendemain ne fut pas difficile car comme tout le reste du voyage, les choses se sont faites à la cool et le rendez-vous était à 11h… après un petit dèj vraiment pas comme les autres et délicieux (aaaah, le pain d’épices maison ♥, aaaah, les Rocamadour ♥), pendant que les autres dormaient encore ou se promenaient, j’ai mis la main sur le responsable des lieux qui m’a fait une visite privée du Château de Mercuès, du chemin de ronde, à la chapelle en passant par le chai de vinification bien sûr. Une visite qui m’a ramenée au temps des cathédraaaaaleeeuuuuuh (pardon) et m’a vraiment impressionnée.

 

Le-chateau-de-mercues-chai-cathedrale-relais-chateau-vin.jpg

Le reste fût un pur plaisir car nous en avions fini avec la partie reportage/travail, et nous avons ainsi fait le marché de Cahors avant d’aller déjeuner chez Pebeyre, un négociant en truffes… Mais comme toujours dans ce voyage, point de restaurant gastronomique guindé, non, mais du convivial et de l’exceptionnel (là est le lien entre la truffe et Diptyque, CQFD – non, il n’y a pas de bougie à la truffe -bien que cela ait été évoqué sur le ton de la plaisanterie à table, NDLR).

Nous avons donc été accueillis chez Mr et Mme Pebeyre qui nous ont reçus en amis, et nous ont offert le dèj’ de notre vie.Tout en nous initiant à l’art de la truffe et à la difficulté du métier (j’ai ainsi pu apprendre que ce qui est en fait un champignon ne se cultive pas, et que tout au mieux on  peut réunir les conditions pour espérer le voir se développer CAD acheter + planter + entretenir des chênes, sur des terrains particuliers, bref, un investissement que personne ne fait plus de nos jours => la truffe va devenir de plus en plus rare et chère), nous avons dégusté fois gras au truffes, œufs brouillés aux truffes, saucisse et purée aux truffes avant de finir avec des fraises et de la brioche traditionnelle de la région. Au fait, des truffes noires, bien sûr, plus subtiles que la truffe blanche, plus parfumée.

Truffes-Pebeyre-fois-gras-truffe-oeufs-brouilles-aux-truf.jpg

Générosité ? Convivialité ? (je l’ai déjà dit) Amour ? Chais pas, là il me manque des mots…C’était un moment exceptionnel, les anglaises n’en sont pas revenues !

Alors seulement, repus, détendus et instruits, nous avons pris le chemin du retour…

Voilà un premier voyage de presse intimiste réussi, mettant en avant les valeurs de la marque, sans avoir besoin de nous infuser d’infos, de DP et autre chiffre, et sans pression surtout. En étant simple et chic, en nous montrant ce que la marque considère être l’essence de son style. Elle a su nous offrir des moments comme on a rarement la chance d’en vivre, nous a fait rencontrer des personnes, vraies, comme on a rarement l’occasion d’en rencontrer, dans des lieux magiques comme on a rarement…d’en visiter, tout en restant toujours à distance d’une ostentation facile, lui préférant la mise en avant du savoir faire, du savoir vivre et du savoir être.

Tiens, mais cela ne serai-il pas un peu le résumé de l’ADN de la maison Diptyque ça ?

Merci !

 

Vous avez aimé cet article? Dites le en cliquant ici et partagez-le sur vos réseaux! Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

laetitia 31/05/2012 18:16

Une belle action RP simple et généreuse ! J'adhère !

divorce 21/05/2012 15:01

Bonjour, votre voyage de presse côté château de Mercuès est très intéressant, tant sur le plan historique, gastronomique, qu’artisanal, belle photos du site que je ne manquerais pas de visité,
grâce à vous. Merci