Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi vouloir comprendre quand il suffit parfois d’accepter ?

5 Avril 2010 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COUPLE & PSYCHO

Bizarre ce titre, non ? Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire…Et bien en fait, ce titre pourrait se suffire à lui-même. Si, si. Pas d’inquiétude, je vais vous l’écrire le post, mais dans son contexte (ici, la rubrique amour et psy), il veut bien dire ce qu’il veut dire.

 

 

 

Dans le couple, il y a des choses qui nous échappent sur l’autre qu’on pourrait parfaitement s’abstenir de soulever. Des choses que l’autre fait si spontanément que l’on sent bien que c’est inutile d’en parler, de les décortiquer avec des interrogations comme autant de reproches sous jacents. Juste parce que l’on ne comprend pas. Qu’on ne fait pas pareil.

 

Exemple qu’un amoureux m’avait donné il y a longtemps et qui m’a tant frappé que près de 7 ans après j’y repense et j’en fait un post. Il travaillait chez Lancel et moi chez Longchamps, l’un en face de l’autre, sur les stands d’un grand magasin. Et un jour il me décrit une discussion entre un mari et sa femme qui passaient devant son stand. Elle voulait s’arrêter regarder et son mari haussa les épaules en disant « Mais tu en a déjà plein, à quoi ça va te servir ? ». Il m’avait alors expliqué avec plein de bienveillance (et c’est peut être comme ca qu’il m’a séduite, d’ailleurs, tiens…) que lui, ça faisait longtemps qu’il ne cherchais plus à comprendre. Qu’il tâchait plutôt de prendre son parti des choses qui lui échappaient. Et j’avais trouvé cacomprendre-couple.jpg drôlement mature comme façon d’être à deux.

Prenez le contenu du sac d’une fille (inexplicable à un garçon : « Mais il est HYPER lourd ton sac, qu’est-ce que tu peux bien mettre là dedans ? T’es sure que t’as besoin de tout ça ? ») ou la difficulté qu’à une fille à parfois sortir de chez elle car elle a toujours oublié quelque chose, quelque chose dont l’utilité échappe d’ailleurs totalement au garçon. Ex : « Attends j’ai oublié de prendre une petite bouteille d’eau » = levage de zieux au ciel et soupir d’exaspération…Ben oui. Le mec, l’esprit pratique, se dit que s’il a soif, il achètera une bouteille. La fille, l’esprit d’anticipation et d’organisation, se dit qu’autant le faire maintenant pour ne pas être prise au dépourvu. Est-ce la faute à nos gènes anciens (la fille cherche la sécurité, le mec est un chasseur sans sac à main) ?

 

Qu’importe, justement, de comprendre, quand parfois, il suffit d’accepter. Vous voyez, il parle tout seul ce titre.

 

C’est comme nous face à un homme qui refuse obstinément de demander sa route au volant alors que ça fait 25 minutes que l’on tourne dans le fin fond du 95. Pourquoi lutter ? Pourquoi  le torturer ? (Ça veut pas dire qu’il ne faut pas le forcer à s’arrêter, à demander, mais inutile de tenter de le faire s’expliquer ou de l’humilier avec ce qui est vraisemblablement une incapacité chronique)

 

Pourquoi ne serait-ce qu’en parler ?

 

Non, là j’avoue, c’est pas vrai, il peut être intéressant, pas curiosité et sociologie, de savoir pourquoi l’autre fait ci ou ça. Mais pas pour souligner que, virgule, nous, virgule, on aurait pas fait comme ça, que c’est tout à fait RI-DI-CULE, ou pour tenter d’y opposer des arguments.

accepter couple

Devant l’engouement d’une fille pour les paires de chaussures, un sourire bienveillant sera plus intelligent que toute tentative de dissuasion/de la convaincre de l’inutilité de la chose. (nous aussi c’est parfois une incapacité chronique de renoncer à passer à la caisse avec ces petits bijoux pour petons-qui vont d’ailleurs nous faire des jambes de foliie).

 

Eventuellement, marquer son étonnement, mais sans plus. Est-il vraiment utile de finir par s’engueuler, « Ta mère elle a que des chaussures mooooches, c’est pour ça tu peux paaaas comprendre, ya que mes copines qui me comprennent !!! ». On vous l’a dit, parfois c’est pas la peine de tenter ni de comprendre, ni d’être comprise en expliquant l’impensable. Je me souviens d’un adorable ours mal léché qui m’a un jour dit avec un regard coquin empli de compassion/compréhension/affection :

 

« A quoi ça sert toutes ces chaussures, tu n’as que deux pieds ma petite chérie, tu ne peux même pas t’en servir…. » Et c’est tout. Et ben c’était craquant. Il avait compris (devant l’évidence que peut représenter une armoire pleine), qu’il était inutile de tenter de comprendre. Mais il avait accepté. Et qu’est-ce que ça facilite la vie et les échanges!

 

Et aussi, ça fait plus de temps pour les câlins sauf si « Mais pourquoi faut-il toujours que tu… »

 

On vous aura prévenus !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ludo (mister tea) 05/04/2010 21:04


cqfd.