Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Panne ou impuissance : ces hommes qui ne bandent pas le premier soir

28 Novembre 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COUPLE & PSYCHO

Et bien oui. C’est moche mais ça arrive. Plus souvent qu’on ne croit. Voir souvent tout court.

Je ne parle pas d’impuissance, bien qu’au début on soit tenté de le croire. Mais d’un phénomène frappant qui, de mémoire (de geisha) n’arrivait pas si souvent il y a dix ans, sans que cela soit forcément lié à l’âge. Décryptage.

Quand, à l’issue d’une parade nuptiale plus ou moins longue - chasse sous marine de longue haleine ou chopage rapide en soirée - , on se retrouve avec l’animal et que rien n’est possible, la fille (de 30 ans) est généralement prise d’une frayeur sur fond de musique de film d’horreur « Mon dieu ! Je suis (encore) tombée sur un impuissant ! » Et de penser « Pourrais-je l’aimer malgré tout, même si notre relation doit rester platonique éternellement ? » (pour la version chasse sous marine qui dure depuis des mois) ou alors « Et merde, il avait l’air sympa. Comment le virer poliment maintenant ? » (pour la version rapide).

Oh ça va hein ! On en a toutes eu au moins un qui n’était pas très franc du collier voir qui n’avait pas de collier ! Alors que celle qui ne s’est jamais lamenté sur une demi molle me jette le premier tube de lubrifiant! Bon.

Reprenons.

Il est là. Nous sommes là. Et là, c’est le drame. Croit-on. Car oui, et c’est bien l’objet de cet article, force est de constater que l’homme qui ne bande pas le premier soir (appellons-le l’HQNBPLPS), n’est pas forcément impuissant. Il peut tout simplement avoir une panne.

Ben oui.

Dans ces cas là, c’est toujours un peu décevant et gênant, mais la situation est transformable en moment de complicité si on s’y prend bien, et peut même tourner à notre avantage en mettant en valeur notre incroyable coolitude, et notre compréhension. Malheureusement, messieurs, la fille va quand même forcément se demander si « C’est tout le temps comme ca ».

 

Et là arrive le cœur de mon sujet, au détour de ce conseil : messieurs, si cela vous arrive, parlez. PARLEZ ! Mais oui, expliquez-vous non de non ! Car après expériences de ce genre et discussions entre filles, le résultat est là : oui il est courant de ne pas revoir un potentiel amant pour cette raison, et donc de passer à côté d’un truc. Bien sûr, toujours dans l’espoir d’une chouette rencontre, nous donnons aussi, et même le plus souvent, une deuxième chance, encore heureux !

Mais là où ça se complique, c’est si ça ne marche pas la seconde fois.
Parce que là, l’amalgame est vite fait !

Je renouvelle donc mon conseil : Messieurs, si cela vous arrive, PARLEZ ! Mais oui, expliquez-vous non de non !

Mais ne vous limitez pas à « Désolé, ça m’arrive parfois ». Car c’est aussi ce que disent les vrais impuissants qui se trompent juste entre « parfois » et, « à chaque fois, mais je ne sais pas quoi faire, revoyons nous quand même s’il te plaît, ya pas que le sexe dans la vie ».

Donc, si vous dites « Désolé, ça m’arrive parfois », la fille se demandera intérieurement « Parfois souvent comment ? » et sera suspicieuse sur votre vraie capacité aux câlins.

Non, exprimez-vous vraiment.

 

En effet, voici ce que je tiens de la bouche de garçons à qui c’est arrivé, et que je n’aurais peut être pas revu sans ces intrigantes explications.

Cas n°1 :

La première fois alcoolisée ne m’avais pas mise sur mes gardes mais la deuxième fois, j’ai fais le lien et ai levé un sourcil. Et là, il dit le fameux « Ca m’arrive ». Et de se rattraper sur les préliminaires. Ce qui m’a doublement inquiété puisqu’il est connu que les vrais impuissants sont souvent hyper bons en préliminaires pour brouiller les pistes et gagner du temps, et aussi très tendres, toujours prêts à faire un massage, pour se faire aimer. (un mec dévoué qui fait de longs massages comme ça, spontanément, oui messieurs, ça plaît et ça attache, même sans sexe!)

Mais la troisième fois (je l’aimais bien), quand malgré ma danse des 7 voiles je n’ai rien vu venir, je me suis un peu agacée. Et là il m’a dit, d’un air un peu penaud mais franc:

« En fait, ça m’arrive toujours au début. » (« Comment ça toujours ? » pensé-je, mais en silence ; on n’interromps pas un homme qui se met à parler !)

« Avec une nouvelle copine, les premières fois, c’est toujours difficile. Je ne connais pas encore ton corps, tu vois ». Non, je ne voyais pas. Il m’avait toujours semblé que pour un mec, des seins c’était des seins, et voilà que tout à coup, j’entendais un discours hyper fleur bleue. Moi, furax, persuadée qu’il me menait par le bout des doigts et que jamais rien ne se passerait par le bout d’autre chose, j’ai décidé de lui laisser une dernière chance (j’avais vraiment tout tenté) et découvert lors du 4ème essai, puis du 5ème etc… des « performances » normales, un bon amant, meilleur à chaque fois, et surtout quelqu’un de super tendre… et vraiment fleur bleue ! Monsieur ne bandait pas sans un minimum d’attachement!

 
Je décidais de mener l’enquête et m’aperçue bien vite qu’il en allait de même avec d’autres.

Cas n°2 :
Un jeune homme a qui j'avais visiblement fort tapé dans l'oeil, qui a fait mine de gérer jusqu'à ce qu'il se rende compte... que je me rendais compte… qu'il ne se passait rien à l’étage inférieur. La il a légèrement paniqué, s’est mille fois excusé (c’est là que j’ai joué mon côté hyper cool) puis a balbutié « C’est les premières fois, quand on ne connaît pas la personne, et puis tu es…  tu es… tu es tellement… » Quoi ? bandante ? excitante ? sensuelle ? »

Nan. « Tu es tellement originale et heu, tellement décalée ! »

Bref, celui-ci était trop impressionné pour bander (on se demande par quoi).

Je me suis contentée de lui répondre qu’il faudrait qu’il sorte un peu de chez lui car je n’étais pas si décalée que ça ou alors il avait vécu jusque là avec des mormons ou juste jamais rencontré de gens de la tribu pub-com-média un peu survolté. (même si, oui, ok, je suis un peu barrée, mais quand même pas au point de couper tous ses moyens à un mec. Si ?)

Cas n°3 :

Un autre ex m’a dit : « En fait, la fellation, c’est hyper intime, même pour un mec, pour se donner comme ça, il faut de la confiance. »

Ah ben voilà autre chose ! Les hommes seraient prudes maintenant, et auraient besoin de nous aimer pour bander ! Ah bravo ! C’est donc vrai alors, que depuis 20 ans les hommes ont changé dans un sens, les femmes dans l’autre et qu’en 2009 on se retrouve comme des cons, face à face, dans une grande incompréhension parfois, et dans des rôles « inversés ». (cf le post Dur d’être un homme en 2009)


Toujours est-il que la première nuit d’après avec un nouveau chéri, quand celui-ci m’a dit qu’il n’avait « eu personne depuis son ex et qu’il fallait un peu de temps à s’habituer à un nouveau corps », au lieu de hurler « C’est qui cette puuuuuute ???  Tu penses encore à elle ? C’est pour ca que tu peux pas avec quelqu’un d’autre !? Tu l’aimes encore, hein, avoue, salaud !» dans un élan hystérique que nous connaissons toutes- aggravé par la frustration sexuelle… (si si, faites pas vos mijorées, on a toutes ce genre de glapissements qui se déclenchent dans nos têtes, c'est juste que vous ne le dites pas) …

Donc, au lieu de laisser le doute m’envahir et de chercher mille causes possibles («  Putain, c’est mon épilation, il aime pas le ticket de métro, j’en était sure, damned ! »), je l’ai juste cru. Et vous savez quoi ? Je ne le regrette pas… car apparemment dans ces cas là, c’est exponentiel : ensuite, plus il vous connaît, plus il vous désire!

Ben oui. Conclusion, si le mec en 2009 dit toujours beaucoup de connerie et continue à embobiner les filles, en 2009, l’HQNBPLPS dit parfois la vérité…. Enfin, quand il parle !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mu 12/03/2017 15:16

Je trouve ton article genial et amusant !

Nom 08/01/2017 10:57

Déjà, merci d'avoir écrit cet article. Il me rassure. Ensuite, non les hommes n'ont pas changé. Ni les femmes. On a juste gagné quelques angles de vue supplémentaires sur de nombreux sujets. Ce qui nuance nos comportements mais ne les change pas. Il y a d'abord des individus avant d'avoir des hommes et des femmes. La différence se crée majoritairement dans nos esprits. Même la part physique ne change pas vraiment grand chose. On s'accroche juste à nos filtres mentaux qu'on continue d'appliquer sur le réel et on pense parvenir à justifier la différence des sexes alors qu'on ne fait que justifier ces filtres, pas la réalité objective.

J'ai un problème d'impuissance également. Je me suis vu dans tes cas. C'est très gênant d'y repenser. La fille en question ne s'est retenue que la première fois. La seconde, boum, elle explose.

Tes mots font tellement échos à ce qui s'est passé ! On pourrait même croire que tu es cette fille !! Mais non, l'article remonte à trop loin.

Quoi qu'il en soit, il existe des gens sensibles qui ont besoin d'être en confiance. L'excitation sexuelle se traduit par l'érection. C'est la manifestation physique d'une émotion qui se nomme le désir sexuel. Or, le mondd des émotions n'est pas toujours simple et un rien peut tout faire capoter.

Chez les grands sensibles, les deux sexes confondus, le désir sexuel peut être dominé par plein d'autres choses, surtout le sentiment de ne pas être en totale confiance.

Quelque part, la panne est aussi un test. C'est le conte du crapaud et de la princesse. Oseras-tu embrasser le crapaud ? Autrement dit, es-tu la fille qui saura m'accepter au delà du sexe ? Si tu embrasses le crapaud, si tu supportes mes pannes, alors le "prince" se révélera.

Certains testent consciemment l'autre. D'autres non. Mais les doutes sont là malgré tout. Il faut bien savoir qui est en face de nous... ne pas bander, c'est aussi la traduction de "je n'ai pas encore réussi à te saisir, je n'ai pas vu en toi les signes que tu es une bonne personne, quelqu'un digne de confiance". Le mec ne s'en rend peut être pas compte, mais une part de lui n'est pas satisfait par ce qu'il sait. Il veut plus d'informations. Et ce doute qui s'installe en lui coupera son érection voire l'empêchera d'en avoir une.

Ces hommes en question ne vont pas à leur rythme. Ils ont besoin de parler, de trouver les marqueurs indiscutables de la fiabilité de la fille. Ils ne laisseront pas n'importe quelle fille accéder à leur intimité la plus profonde, à savoir ce qu'ils sont quand ils aiment, quand ils se lâchent au lit.

Ça a toujours existé. Nous n'avons qu'une vision biaisée du passé.

Enfin, ces hommes ne veulent pas spécialement construire une relation, avec mariage et enfant. Ils veulent juste avoir confiance en l'autre, comme avec n'importe qui dans leur vie. Sauf qu'ils ont probablement une plus grande sensibilité, une plus grande intuition que les autres.

Toi qui a l'air plus à l'aise, tu devrais te contrôler. C'est celui ou celle qui maîtrise qui fait preuve de souplesse. Pas l'inverse. Et si ça ne te tente pas, fait le comprendre avec souplesse également.

jean claude 20/12/2016 10:31

je suis l'inverse d'un impuissant tout fonctionne normalement; mais effectivement quand c'est la première fois avec une nouvelle partenaire (et parfois même la deuxième voir la troisième), je ne bande presque jamais. et ça marche d'autant moins que la personne sera extravertie et / ou très sexy. je suis timide et mon manque de confiance en moi se traduit à ce niveau là. c'est pénalisant car du coup cela crée pas mal de frustration chez ma partenaire (parfois au point de ne vouloir pas donnée de suite, par ex quand la relation est orienté plutôt vers une amitié caline ou une aventure). Mais on fait avec....et si elles font preuve d'un minimum de patience en générale elles ne sont pas déçu par la suite. donc l'impuissance du premier soir ne veut rien dire. pas de conclusion hâtive.

Tadalafil 01/09/2016 22:47

"L'impuissance naît quand le pouvoir brime le vouloir" (auteur inconnu) Il est 2h du matin, mais je ne le sais pas encore…

Loupmiel 15/07/2016 20:09

L'article date mais j'ai été vraiment interpellée par "messieurs, si cela vous arrive, parlez. PARLEZ ! Mais oui, expliquez-vous non de non".. j'ai rencontré un homme sur un site internet, on s’est vu quelques jours plus tard dans lieu public et 3 jours après j'allai chez lui. Vu les messages que l'on s'envoyait il était clair qu'on allait pas enfiler des perles, on attendait que ça !! Du coup j'arrive chez lui, et on ne perd pas de temps, sauf que.. en 1h15, rien de rien.. Je me suis longuement occupé de lui, c'était assez difficile car ça manquais réellement de consistance mais il a fini par éjaculer malgré le manque d’érection.. On a attendu 5 10 minutes puis on a recommencé et là, rien de rien. Si, un semblant au moment de lui grimper dessus puis pouf redescendu comme un soufflé à l’intérieur de moi.. Il a tenté de réanimer la "bête" mais rien à faire..on a donc câliné et bisouté en tendresse et pis voilà..

sauf que.. il ne m'a absolument RIEN dit.. Et comme l'idée avec cette homme serait de construire quelque chose, ben je me pose forcément 1000 questions.. Pourquoi ne m'a t il rien dit ?? On se revoir dimanche et j'ai du mal à prendre mon mal en patience, j'ose espérer que la pression / l'émotion / la nouveauté / le fait que ça fasse longtemps en soit la raison mais sans un mot, je flippe.. Et si dimanche, on fait le remake ? Moi je ne vais pas lancer le sujet, ça serait hyper maladroit je trouve non ? M'enfin je vais patienter le temps qu'il faudra, peut être que le temps fera son œuvre sinon malheureusement ça sera difficile..

Nom 08/01/2017 11:11

Bien sûr qu'il fallait aborder le sujet ! En toute simplicité même. Il n'y a rien de mal, c'est un truc de la vie comme n'importe quoi d'autre. On en fait juste des caisses parce que c'est le sacro-saint sexe ! Faut apprendre à communiquer en souplesse. On trouve rarement les mots pour bien s'expliquer, mais c'est aussi à l'autre de chercher à comprendre ! Il n'y a pas juste un émetteur qui envoie un message, il y a aussi un récepteur qui va le chercher avec ses propres moyens.


Oui, tu te poses 1000 questions. Normal. Mais pourquoi tu TE les poses ? Pourquoi ne pas les LUI poser ??? Réalisez aussi que ce n'est pas juste l'homme qui ne parle pas !!! Vous êtes aussi muettes que les hommes. Vous êtes persuadées que vous êtes plus verbales. Mon cul ! On est tous à la même école !

Parlez non de non !!! Posez vos questions au lieu de dire que c'est l'autre qui ne parle pas ! On s'en branle de savoir qui parle ou qui ne parle pas !! Celui qui a des choses à dire les dit ! Faut grandir un peu !