Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macarons, cupcakes or choux ? Popelini, je dis oui !

23 Octobre 2012 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Aventures - tests et découvertes

adresse-Popelini-choux-paris-copie-1.jpg

La première fois que je suis passée devant la vitrine de la boutique de la rue des Martyrs, j’ai tout de suite compris. J’avais certainement lu des choses, vu des images, bref, mon inconscient avait enregistré le buzz, et voilà qu’il s’étalait sous mes yeux. Devant moi, une vitrine vide, ou presque. Terne, tirant presque sur le tristoune. Dedans ? Des petits choux pâlots, alignés les uns à côté des autres.

Un minimalisme qui sentait le concept marketé à plein nez. Nous sommes rue des Martyrs, celle où dans mon enfance où il n’y avait que des « commerces de bouche », supplantés par des magasins de fringues et des agences immobilières. La rue des Martyrs si irrésistiblement bobo  semble revenir à ses premières amours : des lieux mettant en scène les délices du palais, toujours « in », et c’est ça qui est nouveau… Après que Rose Bakery ait ouvert la voie et que la boulangerie Delmontel ait pris du galon, la rue qui monte (dans tous les sens du terme), accueille des concepts pointus de gastronomie et des douceurs, comme Sébastien Gaudard récemment installé dans une pâtisserie ou plutôt un temple pour gâteaux, super chic dans son élégant vert bouteille, La Chambre aux Confitures qui décline les fruits de la gelée à la confiture extra, ou encore le resto branché Yoom où l’on déguste des bouchées vapeur à prix d’or.

Alors quand je me suis trouvée devant cette vitrine trop épurée à mon sens pour être honnête, j’ai bloqué. Après la Pâtisserie des Rêves et ses choux fourrés à la demande, j’ai refusé, je n’ai pas voulu y croire et j’ai instinctivement rangé ce lieu dans la case « Truc qui fait parler, qui intéresse ceux qui veulent montrer qu’ils sont tendance, qu’ils « savent »… mais qui au fond est une grosse arnaque »avis-Popelini-Marais.jpg. La rébellion totale quoi… et puis ils avaient l’air tout pauvrets les choux de la vitrine.

Je n’ai plus rien lu ou entendu sur le sujet, j’ai oublié, je suis repassé devant et … rien.

Mais ce matin, après un cours de Yoga Bikram particulièrement satisfaisant, j’étais donc d’humeur joyeuse, le monde était beau, il faisait beau, je n’était qu’amour, j’aimais les gens et … et vraisemblablement, les choux ! Car cette fois (pas maquillée, remontant donc chez moi prendre une douche, rougeaude  et le cheveu collé), oui, cette fois là, je me suis arrêtée devant cette vitrine agaçante, et je suis entrée.

j’ai failli m’évanouir en voyant le prix : 1,85€ le chou. Quand même. Du coup, je m’adresse à la vendeuse : « Donc en gros, on se ruine, mais ça vaut le coup, c’est ça ? ». Elle me répond oui, et déjà ma curiosité est piquée au vif ! Dans cette boutique, il n’y a que des choux, parfumés différemment, couverts d’un glaçage et fourrés à la crème pâtissière avec parfois un cœur d’une seconde saveur. Je veux tester.

Il y a 9 ou 10 parfums + un « chou du jour ». Je crois que ça va être facile car je vois déjà des saveurs qui ne m’inspirent pas (café, chocolat noir, pistache-griotte) mais ensuite, c’est le doute : citron (mmm), rose-framboise (yes, j’aime), praliné (OMG, ça doit être terrible !), vanille (ne jamais la sous-estimer, c’est mon macaron préféré), chocolat au lait et passion (oh pu**** ! je suis foutue), caramel au beurre salé (aïe, aïe, aïe…).

J’ai rapidement compris que ça risquait de mal finir au niveau de mon centre de gravité postérieur, mais j’étais déjà complètement cuite.

macarons-chou-Popelini-Martyrs.jpgJ’ai choisi vanille, rose-framboise et chocolat au lait cœur de passion en me disant pour éviter de paniquer, qu’au pire, je testerai les autres plus tard. Je suis rentrée, sans agitation car je n’avais pas faim.

Mais au moment de déguster, OMG !

WAOU j’ai envie de dire! J’ai vraiment été surprise !

C’était délicieux, nan mais, dé-li-cieux quoi! Gourmand, fondant, surprenant, caressant… tout ce qu’on veut, du plaisir non pas brut mais doux, tout doux…

Et là c’est comme un flash back qui s’est produit dans ma tête, j’ai revue la valse des cupcakes, macarons et autres whoopies en passant par les sophistiqués éclairs de chez Fauchon. Et paf ! En 3 choux ils furent battus. Ouai, carrément, comme ça, paf !

 choux-a-la-creme-Popelini.jpg

J’ai senti que le macaron avait pris 10 ans et que maintenant, quand t’es IN, tu te pointes à ton dîner avec une boîte de Popelini!

 

Donc, c’est bien un truc hype, mais attention, c’est étrange : ça le mérite ! Ces choux sont vraiment tops et ce qui fait que quand tu les manges tu penses que tu ne les échangerais pas pour un macaron ou un cupcake, c’est qu’ils te paraissent tout de suite hyper sucrés en comparaison. Le chou, lui, semble soudain plus subtile avec ses 3 niveau de textures et de goûts: la pâte à choux, ferme et assez neutre, la crème subtilement parfumée où éclate le cœur quand il y en a un, et le glaçage, plus sucré, qui prendrait presque le pas sur le reste mais qui relève merveilleusement l’ensemble dans la bouche. Bref, une tuerie. Ma seule déception fut que le cœur de framboise était quasi inexistant dans le choux rose-framboise. Sans doute une erreur de dosage car il y avait bien une trace de framboise sous le chou, mais rien à l’intérieur, seulement la crème à la rose. (UPDATE: Un problème vraisemblablement récurrent car j'ai testé depuis le praliné, par deux: dans un il y avait un fourrage craquant noisette que je n'avais pas senti dans le premier car quasi inexistant. La seule faiblesse de ces choux serait donc une certaine irrégularité)

Chou-du-jour-popelini-choux.JPGSinon, juste pour la petite histoire, à la tête de Popelini (à part ce nom qui était celui du pâtissier italien qui aurait inventé la pâte à choux, qui -à l’époque- était de la « pâte à chaud » car séchée sur le feu), se trouve Lauren Koumetz, ancienne de Ladurée  et fille des fondateurs de Paulette Macarons, une boutique lancée avec le pâtissier star Christophe Michalak à Los Angeles; quand aux fourneaux agissait au commencement Alice Barday, ancienne du Plaza Athénée. (aujourd’hui un autre ancien de Ladurée je crois)

Alors voilà, parfois le hype, c’est du flan… mais parfois c’est du chou! A ma deuxième visite, j’ai goûté le chou du jour ci contre, car ils avaient été dévalisés… et OMG again !! Je les pensais too much avec leur crème chantilly, mais PFFF, c’était juste dingue !

Allez, demain je goûte praliné… Chiche je demande « une boîte de 6 », comme au Mac Do’ !

En espérant que la fraîcheur et le goût soient toujours au rendez-vous, car maintenant, avec tous ces bobos addicts qui achètent des choux à la moindre occasion, va falloir qu’ils tiennent la cadence chez Popelini… et sans baisser en qualité !

 

Popelini

29, rue Debelleyme, Paris 3ème ; 44, rue des Martyrs, Paris 9ème

www.popelini.com

Un chou : 1,85€ ; Boîte de 6 : 11€ ;  Boîte de 12 : 21€ ; Boîte de 18 : 31€

Chou du jour : 2,80€ (plus élaboré)

 

Vous avez aimé cet article? Dites le en cliquant ici et partagez-le sur vos réseaux! Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article