Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journalistes divas, basta !

20 Mars 2012 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COULISSES de mon job

caprices-journaliste-beaute--cadeau.pngMes chers amis, vraiment notre métier est formidable ! Vous vous attendez à du second degré là, hein ? Et ben pas du tout. Au premier degré c’est déjà très vrai : ne trouvez-vous pas qu’il y ait franchement bien pire au monde comme secteur de travail ? Oui, attachées de presse comme journalistes, nous sommes à mon sens chanceux (je sais, je me répète). Univers plutôt glamour, produits de beauté à tester, SPA à visiter, soins cabines à essayer, jolis endroits, petits cadeaux, buffets sympas… Même si parfois le job est ingrat (des deux côtés je le rappelle), même si les délais sont intenables, même si la rédac chef vous rend chèvre, même si le client est capricieux, même si les rapports humains se réduisent parfois à des mails et à des « Bonjour, je vous appelle pour savoir si vous avez bien reçu mon communiqué… », nous sommes moins à plaindre que l’ouvrière qui bosse dans une usine agro-alimentaire à faire des nuggets de poulet.

Je le redis donc, le postulat de base pour moi c’est que nous avons de la chance. C’est toujours bon de le rappeler surtout à certains à qui il faudrait sacrément faire dégonfler les chevilles et la tête. En effet, il reste encore quelques specimens rescapés des années fastes où les journalistes beauté étaient pourris gâtés et traités comme des rois, et qui pensent encore être des « gens importants », en tout cas suffisamment importants pour faire des caprices alors même qu’on les invite.

Evidemment, entre mon tempérament et le fait que je n’ai jamais connu cet âge d’or où quand une rédac chef exigeait une place dans l’avion pour son vanity on le lui donnait, ou encore quand les caprices de journalistes stars étaient le lot quotidien d’attachées de presse qui jouaient le jeu, j’ai toujours trouvé que l’on nous traitait très bien et malgré la difficulté d’être pigiste, j’ai toujours été contente de mon sort. Ce qui n’empêche pas de critiquer les choix des marques en terme de cadeau par exemple, stratégiquement parlant. Ca n’a rien à voir avec celles qui décident de boycotter la marque si le cadeau dans le sac ne leur a pas plu (ou était inexistant) estimant qu’on ne leur a pas assez léché le c…

Or donc, en 2012, et même plus précisément en mars 2012, il y en a encore pour se prendre pour des VIP aux conférences de presse et, disons-le, pour se ridiculiser. Car soyons honnêtes, faire sa diva récolte très peu de suffrages de nos jours

Par exemple, ce monsieur d’un certain âge qui vraisemblablement n’écrit plus nulle part depuis un bon moment, qui se retrouve à la conf d’une marque prestigieuse distribuée en sélectif qui a la bonté de généralement mettre des taxis à disposition des journalistes, pour s’assurer de la venue des journalistes. Evidemment ça leur coûte une certaines somme (d’autant qu’on peut aussi en demander un pour repartir).

impolitesse-journaliste.jpgSur place, le lancement d’une dizaine de produits, un très beau loft, un traiteur pour un buffet vraiment quali et des animations sympa comme le tatouage colle/paillettes ou la création d’un bracelet personnalisé. Bref, un chouette évènement, pas une simple conf’ et encore moins un truc cheap.

Et là notre compère se lâche. D’abord, il engueule l’attachée de presse en arrivant lui indiquant d’un air exaspéré que son taxi avait 10 minutes de retard.

[Ben écoute, tu sais quoi t’avais qu’à prendre le métro moi j’dis, yen a toutes les deux minutes des métros…]

Plus tard, devant le buffet, à une des organisatrices, d’un air de dégoût :

« C’est trop gras… »

Et sans lui laisser le temps de répondre, sur un air condescendant :

« Nan, c’est pas bon, c’est gras. C’est qui ce traiteur ???»

[Ben c’est juste Potel et Chabot, le-meilleur-traiteur-de-Paris connard, que tu prie pour avoir à chaque conf’ tellement c’est bon, léger et que t’aimerais avoir chez toi tous les jours et dont les chefs, à cette prez, nous ont préparé en live des rouleaux de tartare de bar, des minis sandwich toastés au saumon et des minis burgers extraordinaires ! Avec en plus une assiette de dentelle de jambon permettant aux hyperproteinées de gérer la tentation!! ]

J’apprendrais plus tard qu’il avait aussi tenu des propos assez déplacés du genre « le produit est nul » et avait parcouru d’un regard navré la présentation … bref, rien ce jour là n’était assez bien pour ce monsieur.

A gifler. Vous m’reconnaissez ? Super connard, super connard, o-o-o-h-oui-c’est-moi !

D’autant que si certaines présentations sont en effet cheap (à cause du budget serré ou du goût discutable du service presse), elles ne sont en rien obligatoires pour les journalistes et généralement les attachées de presse essaient toujours, par gentillesse ou dans l’espoir d’accroître leurs parutions, de monter l’évènement le plus agréable possible et de tout fairre pour nous plaire. Alors si on n’aime pas, éventuellement on commente/critique avec ses collègues journalistes pour savoir ce qu’elles en ont pensé ou on s’éclipse vite fait, mais on ne critique pas ouvertement pour le plaisir de faire chier, surtout quand on a aucune légitimité à le faire, tout en restant une bonne demie-heure sur place !

Outre qu’il est passé pour un mufle et un gros con, il a pris la tête à une des personnes de la marque qui ne s’est pas trop laissée faire tout en essayant d’arrondir les nagles, et est parti sous nos yeux effarés, les gloussements hallucinés de l’équipe et sur l’air dépité de l’attachée de presse. Moi je lui ai demandé pourquoi elle continuait de l’inviter, nan mais sérieux quoi ?! Il me paraissait évident qu’elle allait le zapper illico de sa liste. Mais elle a soupiré puis levé les yeux au ciel, genre « Je vais pas faire le service d’ordre… Que veux tu faire ? ». Il y a vraiment des marques trop gentilles !!

Quant on sait que certains journalistes « actifs » (= qui écrivent) ne sont pas toujours  invités alors qu’ils pourraient parler des produits, ça fait vraiment mal pour eux et on a envie de dire à la marque de faire le ménage dans ses listings.

Mais ce gougnafier était-il réellement invité d’ailleurs ? Mystère…

Ah oui, car bien sûr, certains drôles d’oiseaux prennent aussi l’habitude de s’incruster dans les présentations où ils ne sont pas invités. 

C'est l'printemps après tout, alors à bientôt pour vous parler des hirondelles…

Vous avez aimé cet article? Dites le en cliquant ici et partagez-le sur vos réseaux! Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Blog Beauté Homme 27/03/2012 17:38

Coucou miss Ambre Sultan,
Ca sent le vécu... de ce matin ?
Bisous

La journaliste 03/04/2012 10:25



Rien, non, rien de rien, je ne dirais rien... ;-) et non, j'ai publié ce post après coup...



sandrineg 21/03/2012 12:17

et bin! Oui, nous connaissont toutes ce genres de personnages impolis! C'est d'ailleurs sonvent ceux qui ne font plus rien, qui foutent le B....

je vois très bien de quelle présentations tu parles, beaucoup sont venues après me voir à la mienne au BHV avec leur sacs, petits bracelets, tatoo, toutes étaient ravies surtout que le taxi les
emmenaient, déçue de ne pas t'avoir vu.

La journaliste 03/04/2012 10:26



c'est clair... ou alors les divas qui quand elles se déplacent une fois par an estiment qu'il faut leur lécher le....



Lucille 21/03/2012 11:10

c'est incroyable ce que les gens peuvent se croire supérieurs dès qu'ils ont un peu de "visibilité"!!! Et encore, lui semble ne pas en avoir! On s'étonne après que les attachées de presse se
dégoûtent et considèrent les journalistes comme des enfants gâtés...