Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Halte à la relance téléphonique bâclée! Aidez les attaché(e)s de presse stagiaires!!! (et les journalistes )

5 Novembre 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Analyses & RP

Dans la série « je t’explique mon métier », il y a l’éternelle relance que de jeunes (et inexpérimentées) stagiaires doivent se taper sans comprendre, la plupart du temps, les répercussions que cela peut avoir. Cela consiste à passer un milliard d’appels auprès d’un listing sans fin de journalistes à qui l’on a précédemment envoyé une info avec pour objectif, toujours, bien sûr, de déclencher une parution.

Un milliard d’appels, soit un milliard de journalistes qui n’ont pas le temps, qui détestent qu’on les appellent (sur leur portable) pour ça, et qui parfois sont aigris voir juste se la pètent et envoient bouler le pauvre stagiaire qui n’a aucune idée de à qui il parle.

 

Mais sont ils si méchants les journalistes ou est-ce que, quand même, ces relances ne mériteraient-elles pas légèrement l’accueil qu’elles reçoivent ?

Le problème ? La conversation s’engage souvent par un inarticulé et qu’on comprend à peine « Bonjour je suis machin du bureau de presse schtrumptcom’ » (la faute aux dizaines de précédents coups de fils qui laissent la bouche sèche).

3 options pour la suite :

 

« Je voulais savoir si vous aviez bien reçu le communiqué de presse que nous vous avons envoyé concernant le shampoing « La tête et Les pieds » 

 (Là généralement, si le journaliste voit de quoi on lui parle, c’est oui ou non sinon « Par courrier ou par mail ?» ou « J’en sais rien pouvez-vous me renvoyer l’info ? » et la conversation s’écourte. Assez rare cependant vu la tonne astronomique d’info avec lesquelles on nous bombarde chaque jour.)

OU

« Nous vous avons fait parvenir un dossier de presse concernant l’huile démaquillante au chocolat de chez « Trop belle la beauté naturelle». Je voulais savoir si cette information pouvait vous intéresser. »

(Là, la journaliste n’a généralement aucune idée de si elle l’a reçu, sauf si elle s’en est déjà servi auquel cas elle trouve la question particulièrement stupide et répond sur un air agacé. Au mieux elle élude en mentant pour avoir la paix ("oui, je vois très bien mais non, pas là, non..."), au pire elle engueule le stagiaire à qui, bien sûr, personne n’a dit que ladite journaliste venait de consacrer une page entière à l’info et était exemptée de relance !!!) ooops !
 

ENFIN

« Je voulais savoir si vous aviez des sujets en cours en ce moment/des sujets sur la pintade/ sur les faux cils/des sujets Noël etc… »

(Bon, là on se retient de dire « Non connasse, j’ai pas de sujets et ça me fait bien chier car je suis pigiste et si je pouvais avoir un putain de dossier 3 doubles pages pour Elle sur le comblement des rides (ou même la pintade) ça me ferait bien plaisir, et oui je te le passerais ton super produit que quand tu le mets, ben on voit même plus ta peau tellement il cache bien tout ! »

On répond calmement- car on sait que la stagiaire ne sait pas qui nous sommes, ni même quels sont nos supports (CAD les magazines pour lesquels on bosse), ou encore qu’on s’est mis une mine la veille avec l’attachée de presse qu’elle assiste et qu’on connaît tout de ses budgets et qu’on fait déjà le max pour les passer)- « Non, rien en ce moment sur ce thème, bon courage ! »

 

Ce qui est bête, c’est que, vraiment, parfois, les relances ont du bon. Car oui on avait totalement oublié ce truc là, qui pourtant est canon m’enfin on peut pas non plus être partout, hein… Ou non on a rien reçu et c’est encore la voisine du dessus qui a pillé la boîte au lettre et a gagné un mascara. Ou putain, on avait TOTALEMENT zappé cette invitation…

Malheureusement, c’est souvent là que le bas blesse, alors qu’une opportunité se présente…

 

Le manque de réaction à l’autre bout du fil ne fait pas un pli : le dit stagiaire ne se rends pas compte qu’une parution est en jeu et va dépendre de sa présence d’esprit et de sa réactivité. On met 5 bonnes minutes à confirmer que oui, ça nous intéresse : Et ben, tu va me proposer une solution ou bien continuer à me débiner ton argu? Tu va me la renvoyer l’info et me faire porter rapido cette « crème au parfum qui soigne la dépression grâce à des ingrédients secrets inspirés de l’ayurveda » que je la sente et tente de l’insérer dans mon shopping « Cette année, je dis non à la dépression saisonnière ».

Devant un tel manque de présence d’esprit, parfois, la journaliste sympa se dit que, finalement, ce produit ne mérite pas qu’elle se casse le c… à retarder la maquette et supplier sa chef de rubrique de l’insérer parce que, oui, oui, c’est INCONTOURNABLE, on ne PEUT PAS ne pas en parler… et répond au stagiaire : « Non, en fait ça va être trop juste, laissez tomber… »


2° On sent le stagiaire surexcité : « Quoi ? Hein ? Oui ? Ca vous intéresse ???- imaginer la voix qui monte dans les aigus, le frétillement et l’émotion qui s’emparent de ce pauvre être, palpable à l’autre bout du fil) se précipitant sur un post it pour noter notre adresse mail.
(pourquoi mais POURQUOI ne l’a-t-il pas sous les yeux ? Mystère) et nous faire épeler notre nom. (Mais pourquoiiiii, POURQUOI bis, alors que c’est lui qui appelle, preuve s’il en est qu’il ne sait pas qui il appelle.)

Même résultat : c’est quand même très agaçant et on soupire (« Non, pas Turieud, THOU-MIEUX, oui c’est ça, avec un H, oui, et un X, oui, gmail, G-M-A-I-L (putain mais on rêve là, il ne connaît pas gmail ???)


3° On demande plus d’infos en live, et là, c’est pathétique (réel et vécu, comme le reste)

« Pouvez-vous m’en dire plus sur cet évènement ? »

« Oui, alors, ça se passe aux Tuileries, il y aura l’artiste Machin trop branché et… »

« Voui voui, mais c’est un gros lancement ou un rappel de gamme ? »

« … »

« Je veux dire, c’est juste une remise en avant des dernières nouveauté ou c’est une présentation de nouveautés ? »

« Heu, je vais me renseigner… [Marilyyyyyne !? Ya une journaliste qui veut savoir si c’est un lancement ou juste un rappel ???]

Oui alors, c’est bien un lancement ! (air triomphant) »

«  Et qu’est-ce qui est présenté ? »

« Heu ne quittez pas, je demande. (léger ton de vexation) [ Marilyyyne, ya encore la journaliste qui veut savoir ce qu’on présente ? Je lui dis quoi ?]

-bruits de feuilles froissées, de téléphone qui tome et grognements…-

« Ouai, Anne ? Ouai, c’est Marilyne, ouai ca va, désolée hein, putain, chuis pas aidée… en ce moment c’est le bordel à l’agence.. j’en peux plus… » Etc, etc…

 

Finalement, journalistes/attachées de presse, même combat ?

Bref, et pour faire court, ma recommandation stratégique sera la suivante :

Quand vous faites ou faites faire des relances (même à la nièce de la boss qui sort d’un BTS compta à Villeneuve St Georges qu’on vous a imposée comme stagiaire), faites le bien !

Expliquez l’objectif, le listing, les moyens d’amadouer la journaliste hyène et surtout, donnez des outils qui ne font pas passer vos stagiaires pour des crétins…

Car, tout de même, ils ne le sont pas tous, cela va de soi…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

THERESE 29/05/2014 13:59

Hahaha, trop drôle !!!
Ya pas de stagiaire chez moi Anne
Je fais tout, même les paquets pour le shopping :-)
Merci pour So'Senz
A bientôt

Marion 14/09/2012 20:05

Ah et également le nom le mail et le pourquoi de l'évènement, on l'a quand même sous les yeux! Peut être pas toutes certes mais bon il faut limiter les clichés de l'apprentie incompétente. Voilà
c'était ma remarque sur ce billet, pas du toit polémique, mais je tenais à le souligner :)

Marion 14/09/2012 20:00

Bonjour, je découvre votre blog qui est très intéressant. Je finis une licence en communication en alternance et entame bientot le master et je dois dire que vos billets sont remplis de bons
conseils! Je ne suis pas stagiaire mais en contrat pro (et donc cdd de 1 an) en tant qu'assistante attachée de presse. Il est vrai que parfois certaines stagiaires et alternantes sont propulsées
dans la masse des RP sans réelle explication du pourquoi du comment, mais c'est un peu agaçant de lire des caricatures de stagiaires qui ne savent pas ce qu'elles font ou le font mal. Moi même qui
fait des relances régulièrement (et surement de manière imparfaite!) je me renseigne au moins sur le/les support(s) du journaliste que j'appelle. En stage ou en alternance, on peut aussi être
professionnelle, curieuse et organisée! :)

La journaliste 23/01/2013 19:41



Merci pour ce commentaire! Il ne s'agit pas ici d'une caricature mais d'une expérience réelle, disons le summum de ce qui est énervant, au milieu de plein de stagiaires qui font bien les choses,
c'est évident. Quand je prends la plume sur ces sujets c'est que vraiment ca déborde, que les bras m'en tombent. Cela ne veut bien entendu pas dire qu'elles sont toutes comme ça... mais que cela
arrive et que c'est quand même toujours un peu hallucinant...



Léna 22/12/2010 20:51


Je prends bien note de tes remarques pour mon prochain stage en tant qu'assistante RP qui débute la semaine prochaine...
Ayant déjà eu une première expérience à ce poste, ton article me laisse malgré tout un arrière-goût amer. Car, comme tu le dis toi-même, le stagiaire n'est bien souvent pas ou peu formé aux
relances.
Quoi qu'il en soit, je te remercie pour tes articles "pro" et tâcherai de te lire régulièrement. Car tout conseil est bon à prendre, surtout s'il est donné par une personne compétente.
Bonne continuation


Pepette 28/07/2010 14:31


Tellement drôle cet article que je ne peux m'empêcher de le commenter ! Et pourtant j'ai été moi-même stagiaire (je le suis toujours d'ailleurs), et la relance, je sais ce que c'est !
N'oublions pas tout de même que toutes les stagiaires ne partent pas avec les mêmes chances au départ... Il y a celles à qui on a réellement expliqué le boulo et les autres à qui on a donné un
dossier de presse à lire, un fichier presse et un téléphone en leur disant "Il nous faut des parutions !!"
Mais même en essayant de faire les choses bien, on tombe toujours, un jour ou l'autre, sur la "méchante" journaliste qui fera trembler notre combiné de téléphone!!!
En tout cas saches que tu étais dans mes fichiers et que tu ne m'as pas laissé de mauvais souvenir, bien au contraire !


La journaliste 29/07/2010 10:44



Exactement! On ne leur explique parfois rien et c'est ça que je trouve calamiteux!!!


Merci en tout ca pour les précisions...et ouf! J'ai laissé un bon souvenir!!!