Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blogueuses beauté VS journalistes beauté …

30 Mars 2012 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Des hauts et débats


Sujet incontournable, ce post mûrit comme toujours dans mablogueuses-beaute-journalistes-beaute.jpg tête depuis un moment. En effet, dans notre sphère, le thème blogueuses beauté/journalistes beauté n’épargne personne et je voulais en parler. Au départ, j’avais simplement pensé à un angle façon état des lieux et états d’âme de chacune des parties qui, quoi qu’on en dise, s’opposent ne serait-ce que par la comparaison qu’elles induisent : deux groupes ultra distincts mais qui se touchent à la croisée des chemins entre effet « média » et relations avec les marques dont elles parlent.

Raison pour laquelle, finalement, j’ai choisi de parler de ces points communs, ceux-là même qui font  l’embarras actuel des marques à communiquer des deux côtés, ainsi que des erreurs stratégiques et des bonnes idées…en 2 parties, dont voici la première, sorte de résumé rapide dans lequel, ne vous énervez pas, je généralise pour situer. Vous aurez sans doute quelques avis contraires ou des contre exemples : super, partagez-les en commentaire !

 

A l’origine, donc, il y n’y avait que les journalistes beauté, qui se voulaient objectives, mais qui ont vu leur liberté d'expression perdre du terrain à mesure que la pression des annonceurs se faisait plus forte et leur crédibilité était ainsi mise en cause. Comme par hasard - les choses sont toujours bien faites - plus ou moins en même temps sont nés les blogs beauté. Il s’agissait alors de passionnées de beauté qui achetaient des produits, les utilisaient, et donnaient ensuite leur avis et leurs conseils à leurs lectrices.

 

blog-beaute-journalisme.jpgCertains blogs ayant pris beaucoup d’ampleur, au point, par exemple, de voir une boutique de make up dévalisée d’un de ses produits phares après que celui-ci ait été vanté par une de ces « blogueuse influente » dans un post, les marques ont vite saisi l’intérêt d’être plutôt en bon terme avec les blogueuses. De prise de contact en envoi de produits, le rapport marque/blogueuses s’est intensifié. Conscients de l’efficacité de ces posts sur le passage en caisse  à l’acte (d’achat), et non pas uniquement sur leur notoriété, les marques ont augmenté leurs envois spontanés et intensifié aussi leurs appels du pied. Les blogueuses, elles, valorisées, se sont prises au jeu… et parfois au sérieux !

De leur côté, de demandes timides de produits on est passé à une certaine exigence et une attente de ces colis « dragueurs » emplis de produits et de cadeaux. Normal : quand ça marche, on continue ! Bref, les services de presse, seuls interlocuteurs à l’époque, ont commencé à devoir faire face à des demandes incessantes de blogueuses, persuadées d’être un média méritant de recevoir des produits à tester. A qui reprocher aujourd’hui de ne pas saisir les avantages que la vie lui offre ? A qui peut-on reprocher de profiter d’un système plutôt que de le subir ? Moi j’aurais peut être tenté, mais j’avoue, avec certainement moins d’aplomb que certaines aux blogs minuscules mais se prenant déjà pour Paris Match (dixit des anecdotes d’attachées de presse qui ont halluciné des demandes recues).

Sont alors sortis de l’ombre les « community managers », un de ces « nouveaux métiers » du web, dédiés à la gestion des nouveaux médias, pèle mèle : Facebook, Twitter et les blogs !

Leur objectif ? Gérer l’image d’une marque sur la toile et en  augmenter la visibilité. Les invitations à des évènements blogueuses se sont alors multipliées et s’est mis en place à tâton cette nouvelle forme de communication... et de stratégie.

 

Au départ vraiment heureuses et fières de recevoir des produits pour donner leur avis, et d’être invitées à ces évènements rien que pour elles, si les blogueueses ont parfois été utilisées à leur insu comme des espaces publicitaires, écrivant gentiment un post à chaque envoi ou invitation, comme un remerciement, elles ont aussi été choyées jusqu’à parfois développer un réel parti pris pour la marque !

 

Même si la blogosphère semble être revenue à plus d’objectivité, force est de constater que pendant un certain nombre de mois, de nombreuses blogueuses ont répondu (souvent naïvement) aux sirènes des marques en publiant des posts comme un échange de bon procédé (vous m’envoyez, je teste et j’en parle), mais aussi parfois en écrivant des « articles » simplement descriptifs pour ne pas froisser la marque généreuse…

Certaines marques se sont -logiquement- engagées dans la brèche et mises à faire des opérations coup de poing mêlant envoi sauvage de produits, proposition aux blogueuses influentes d’article sponsorisés (= elles sont payées pour écrire un billet qui mentionne le produit) et évènements blogueuses, tout cela à peine en amont de leur plan média web classique comprenant un bon nombre de bandeaux pubs et autres fenêtres pop-up sur les sites habituels.

C’est ainsi qu’en quelques semaines la blogosphère fut, par exemple, sur-saturée d’infos et de visuels sur la ligneblogs-beaute.jpg Bio Active de Garnier. Comme l’explique très bien Teddy, un de ces blogueurs influents qui, lui, n’a jamais eu peur de se mettre une marque à dos ICI; Trop, ce fut trop et non avenu ! Comme il le souligne justement, au départ chez Garnier, ils ont du être contents en interne avant de se rendre compte que ça avait marché sur les blogueuses une fois, mais pas deux.

(Ceci dit, je serais curieuse de connaître les chiffres de vente, car la faim justifiant souvent les moyens, si la blogo n’a pas aimé mais que le public à acheté… c’est finalement ce qui pourrait compter !)

 

C’est sans doute là que les choses ont changé.

D’abord les journalistes beauté ont commencé à voir que des traitements de faveurs assez fous pouvaient s’appliquer à des blogueuses, créant un certain agacement. En effet, on peut comprendre qu’une journaliste pro qui voit depuis des années se réduire les budgets presse, soit légèrement outrée de voir des « gamines » recevoir les honneurs d’une marque, être chouchoutée et se voir accordé ou proposé des privilèges que les journalistes n’ont pas (ou plus), alors qu’elle n’ont aucune légitimité en beauté pour la plupart (en effet, certaines sont ultra calées et mériteraient d'être sponsorisées par des marques, tandis que d’autres se tartinent maquillent épouvantablement).

Et oui, c’est là que le bât blesse : tout comme en télé réalité on peut porter aux nues une blondasse inconnue simplement car elle fait de l’audience alors qu’elle n’a aucun talent (et ensuite lui filer des rôles ce qui doit passablement exaspérer les comédiens), on peut valoriser des filles sans expertise ni plume particulière, voire encore passablement inculte en terme de beauté, juste parce que leur blog fait de l’audience. [grincements de dents inside]

 

Les journalistes beauté ont certainement eu autant de mal à avaler le fayotage des marques envers ces jeunes filles, généralement loin d’être des pros, que l’engouement du public pour leur prose improvisée (versus la-leur dans les magazines classiques).

(Note : Bien sûr, je parle plus des pigistes fragiles que des chefs de rubriques de Madame Figaro ou Marie Claire qui doivent se foutre royalement de savoir que des blogueuses reçoivent presque autant de rouges à lèvres qu’elles…)

Les autres ont généralement du mal à comprendre comment un post qui fait l’apologie du top coat Machin Truc, ou qui encense tel mascara sur des lignes et des lignes, à grand renfort de photos (floues), peut engendrer un tel enthousiasme et parfois des centaines de commentaires…

 

Peut-être faut il se rendre à l’évidence que les lectrices assidues des blogs, elles aussi beautistas en puissance, veulent  moins de papier glacé et de théorie mais plus de vécu et d’honnêteté (même si comme nous l’avons vu, elle est devenue toute relative) ? Et accepter le fait que les blogueuses ont initié des filles à la beauté comme aucun magazine ne pouvait le faire (cf les vidéos tuto).

 

Mais que penser de l'engouement pour du contenu parfois discutable, auquel on dédie souvent un budget et une personne à part entière et auquel on applique petit à petit les méthodes RP ?

 

Ou du moins on essaie ! Car  faute de savoir adapter les stratégies presse classiques aux blogueuses, les marques peuvent vexer les journalistes...sans toutefois marquer des points auprès des blogueuses!

Le blogueuses beauté, ce groupe à l’insondable mystère et si difficile à cerner qui fait aujourd'hui se demander aux équipes communication « Comment toucher les blogueuses ? » à présent questionnement majeur au même titre que la célèbre « Comment faire pour paraître dans le Elle ? »...

Pour savoir comment les marques essaient, la suite ICI

 

Vous avez aimé cet article? Dites le en cliquant ici et partagez-le sur vos réseaux! Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Delphine 07/04/2012 11:45

En fait ce débat n'intéresse ni les blogueuses, ni les lectrices mais seulement les journalistes beauté qui se sentent menacées par le web. En particulier celles qui n'ont pas su se projeter et
anticiper une nouvelle manière de communiquer, contrairement à certaines de leurs "collègues" comme Mathilde et (pour notre plus grand malheur) Capucine.

Faut se rendre à l'évidence, à part pour certains magazines spécialisés qui sauront proposés du contenu original et de qualité, pour le reste ça va être vraiment de plus en plus difficile...

La journaliste 08/04/2012 12:24



Merci pour ce commentaire intéressant. Ceci dit, il est dommage que les journalistes aient du "se projeter dans une nouvelle manière de communiquer" via des blogs, et non en faisant évoluer leurs
magazines (merci les annonceurs?)...


En revanche, ce débat intéresse aussi les marques qui actuellement naviguent à vue faute de saisir exactement comment aujourd'hui, toucher efficacement les blogueuses... les journalistes se
sentent rarement vraiment menacées, mais plutôt agacées et éventuellement inquiètes... mais pour leurs revenus, pas leur statut: un article sur internet peut descendre jusqu'à 30 € les deux
feuillets!!! Voire 5€ la news!!!



Babillages 06/04/2012 17:43

Bonjour Anne,

Bloguer, contrairement à écrire pour un journal, n'est certainement pas un métier. Un blog est à la base tenu par un amateur ou un expert dans son domaine pour apporter un insight différent, un ton
personnel. Sur un blog, on utilise le "je", on s'engage. Dans un magazine, la journaliste beauté ne parle pas à la première personne. Ou très rarement, tout du moins dans les rubriques tenues par
des "journalistes-stars" ou dans des rubriques dont la vocation-même est d'adopter un style blogosphérique qui se veut proche de la lectrice.

Ce qui semble te déranger, c'est que ces espaces de libre expression (les blogs) ont été pris d'assaut par les marques et que des blogueuses se soient engouffrées dans la brêche pour en profiter.
Oui, et ? Je suis persuadée que si une marque t'envoyait en vacances, te payait de quoi t'offrir un nouveau sac à main ou je ne sais quoi (je grossis la chose), tu ne dirais pas non tant que cela
colle avec ta ligne édito et tes envies à toi. Ce système existe, pourquoi se priver ? Parce qu'écrire des publi-reportages devrait être strictement réservé aux journalistes beauté ? Il y a une loi
pour ça ? ;) Un blog étant personnel, je ne vois pas en quoi c'est dérangeant qu'un blogueur cède aux sirènes des marques. C'est son choix, cela n'engage que lui. (Et entre nous, chacun voit midi à
sa porte) Et s'il perd en crédibilité et en audience, eh bien, tant pis pour lui, ça fait partie du jeu. Les blogueurs, contrairement aux journalistes n'ont pas de "charte". On a l'éthique que l'on
veut, tout en étant encadrés par la DGCCRF qui fait ce qu'elle peut.

Autre chose. Tu soulèves un autre point : le fait que des néophytes racontent leur parcours de beauté et puissent être propulsées dans le top de la blogosphère beauté. Oui, et ? L'intérêt de la
blogosphère, c'est qu'il y a clairement de la place pour tout le monde. Des blogs beauté se créent chaque jour (est-ce le cas pour les postes de rédactrices beauté ?....!), chacune écrit ce qui lui
chante sur son blog, on échange, on partage, c'est cool. Chacune a son niveau, chacune a sa vision des choses et c'est ça qui fait la diversité d'un truc qui s'appelle... Le World Wild Web.
D'ailleurs, c'est quoi une "bonne blogueuse", selon toi ? Parce qu'autant, en école de journalisme on t'apprend à être un bon journaliste, à répondre à la règle des 5 W, etc... Autant il n'y a pas
d'école de blogging. Alors, à partir de là...

Pour ce qui est des cadeaux faits aux blogueuses... Ca ne me choque pas. A nous toutes, nous formons une espèce de puissance, à coup de SEO, d'audiences cumulées qui vont alors largement dépasser
le tirage d'un magazine. Logique que les marques s'y soient intéressées. Surtout quand on sait que des avis de consommatrices sont également importants (cela arrive que des marques changent un
produit suite à des retours blogs). Et de toute façon, ce débat en soi est abordé depuis 2007 et la Terre continue de tourner.

Le truc, c'est que les blogueuses même si elles s'amusent à être rédac chef de leur propre petit magazine en ligne (qu'il soit lu ou pas du tout, qu'elles soient talentueuses ou pas) ne se
comparent pas aux journalistes. (Quant à ta remarque sur "les blogueuses beauté n'y connaissent rien en cosmétique", passons. C'est débile. Les journalistes n'ont pas davantage de formation de
petit chimiste...)
Pourquoi les journalistes auraient besoin d'être complexées par les blogueuses ? Et puis après tout, s'il faut comparer les choses, moi je m'en vais militer pour que les blogueuses aient leur carte
de presse... et donc leur pourcentage d'abattement fiscal.

La journaliste 08/04/2012 12:17



Bonjour Capucine! merci pour ton commentaire qui retrace bien, en d'autres mots, ce que j'ai voulu dire. Exactement ce que je disais sur le "système": elles ont bien raison d'en profiter! Et
leurs audiences le justifient, la plupart du temps... mais pas toujours, tu le sais bien!


Sinon, c'est un article empirique, moi rien ne me dérange à par peut être si une blogueuse nulle, éventuellement poussée par des parutions "coup de pouce" et qui attire ses lecterus à coup de
concours, si elle est portée aux nues, là oui, je vais trouver ça injuste... mais pas par rapport à moi! Surtout pour d'autres, telentueuses ET connaisseuses (voir expertes). Ce sont celles-là
qu'il faudrait valoriser comme je le dis dans le post. Car comme je le disais mais tu n'as peut êytre pas lu: je suis loin de penser qu'aucune blogueuse ne s'y connait en beauté. Certaines s'y
connaissent mieux que les journalistes qui n'ont en effet pas de diplôme de chimie, mais la responsabilité de vérifier leurs infos. Les blogueuses "lambdas" n'ont pas besoin de vérifier leurs
infos puisqu'elles n'en donnent pas à proprement parler: elles donnent leur vision et leurs avis (dont on peut être fan). Pour celles qui sont pointues en formulation, généralement, elles savent
de quoi elles parlent!


Pour le reste assez d'accord sur tout! Fou! ;-)


Et si tu lançais une école de blogging!!?? Je viendrai tester, promis!



Pauline 06/04/2012 14:47

Bonjour Anne, je comprends la frustration qui se cache derrière ce type de témoignage mais je pense sincèrement que le débat n'est pas là. Les blogueuses beauté sont des consommatrices averties et
passionnées qui partagent leur avis en toute liberté et échangent des bons plans. Certes, la plupart n'a sans doute pas fait des études de cosméto, ou que sais-je, mais les journalistes beauté
peuvent-elles prétendre être de grandes expertes? Je suppose que cela s'apprend avec le temps et l'expérience. Me trompe-je? Quand bien même, on ne s'attend pas au même discours en lisant la presse
et en lisant la blogosphère. Et chacun n'a pas le même lectorat!!! Il est plus facile de partager un article online gratuit que son magazine préféré. Avec la crise, et ce bien avant que la
blogosphère devienne populaire, les budgets pub et RP se sont vus diminués de moitié voire supprimés et il a fallu trouver une alternative originale, dans l'air du temps et à moindre coût:
Internet. Envoyer des produits ne coûtent rien aux marques. Payer une blogueuse 800 euros pour faire un article, même amateur, représente peanuts comparé aux budgets pub et fait toute la différence
face à la place que l'on propose à un produit X ou Y dans une page shopping beauté d'un magazine ou l'impact d'un shooting flacons de parfums. Sans oublier la pression que reçoivent les magazines
de la part des annonceurs. La perte de crédibilité et le manque de parité entre les marques est un sujet qui agace tout le monde. Et CA, ça vexe les marques et leur service RP (qui envoie les
produits). Alors vexer les journalistes... Je pense malheureusement que c'est le cadet de leur soucis dès le moment où on ne parle déjà pas ou pas assez d'eux. Bien entendu, les blogueuses qui
possèdent une visibilité accrue vont monétiser leur blog; c'est le but dès le moment où les marques sont prêtes à jouer le jeu. Personne ne s'attend à ce qu'elles soient expertes en la matière. Les
gens veulent du vécu, un échange réel entre la blogueuse et les lectrices, d'égale à égale. Ce que n'arrivera jamais avec un magazine. Le fait est que les blogueuses ne sont pas une menace pour les
journalistes. Dans le fond, vous ne faites pas la même chose! Celles qui l'ont compris ont même crée leur propre blog. La décision ne revient ni aux journalistes ni aux blogueuses. Ce sont les
marques qui prennent partie. Que les blogueuses reçoivent des produits et que cela agace certaines journalistes...c'est presque mesquin et puéril de s'en offenser. Personne n'enlève le gagne-pain
des journalistes. Je n'approuve pas les blogueuses qui démarrent des blogs juste pour recevoir des produits gratuits ou pour l'appât du gain. Je suis la première à me battre contre cela; mais que
veux-tu? On n'évite jamais qq dérives. Selon moi, vous ne faites pas la même chose et n'opérez pas sur le même terrain. La rivalité n'a pas lieu d'être. Et si vous recevez toutes autant de
produits, c'est déjà bien plus que 99% des Françaises ; ) Chanceuses, và! Cdt, P.

La journaliste 08/04/2012 12:06



Merci beaucoup pour ce riche commentaire! Je suis tout à fait d'accord! Notamment pour l'apprentissage via l'expérience! Si tu savais comme ça a pu me révolter de voir une chef de rubrique
précédemment "vie quotidienne" passer chef de rubrique beauté alors qu'elle n'y connaissais pas grand chose... alors qu'en tant qu'ancienne maquilleuse et experte soin j'ai tant de trucs et
d'astuces à partager que je ne peux pas développer dans mes piges!! ;-( (d'où le blog gazette beauté, et encore, maque de temps cruel!!)


La seule chose avec laquelle je ne suis pas d'accord c'est de dire "envoyer des produits ne coute rien aux marques" Rien en comparaison des budgets pub, peut être, façon de parler, mais
certainement pas rien en soi: cela leur coute quand même quelque chose, surtout pour celles qui débutent leur production et n'ont, justement, pas les moyens des grands groupes. Presse et
blogueuses sont leur meilleure option de comm°.


Hyper d'accord aussi avec toute la fin de ton commentaire... pour le vécu cherché dans les blogs, pour la non-compétition réelle, et surtout...je le dis sans cesse, on a de la chance, oui,
beaucoup!!



Adeline 06/04/2012 12:42

je comprends ton attitude, aujourd'hui on peut créer un blog en un clic et gratuitement d'ou le nombre des blogs beauté qui ne cesse de croitre et se lancer en tant que blogueuse beauté et être en
concurence direct avec la journaliste beauté qui pour elle ce domaine est son gagne pain, je comprends tout à fait que cette situation est angoissante pour les journalistes , mais tout succès est
mérité si un blog réussi c'est mérité

La journaliste 08/04/2012 11:58



Tout à fait... C'ets une peur finalement peu fondée, on ne fait pas la même chose, c'est ce que je voulais dire... merci pour le commentaire!



Jennifer 02/04/2012 15:58

Ton article est intéressant et je peux comprendre la frustration et l'agacement face à ces bloggeuses qui se font offrir autant de produits par les marques et qui apparaissent comme privilégiées.
Les marques ont choisi la voie directe vers les consommatrices et ça marche plutôt bien. Pourtant, journaliste est un métier noble qui mérite d'être respecté autant par les bloggeuses que les
marques. J'ai hâte de lire la seconde partie de ta réflexion :)

La journaliste 03/04/2012 10:25



héhé, j'y travaille... merci! ;-)