Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue à la ferme : rencontre, visites, découvertes, vacances et nature !

5 Août 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Aventures - tests et découvertes

Dans la famille « j’ai de la chance », encore une fois, je demande Lajournaliste !

Comme je le disais dans mon post sur Ibiza, j’ai décidé de vous faire plus souvent partager mes expériences façon « reportages» vécues lors de voyages de presse où je suis invitée, qui me donnent la chance de vivre des moments forts, pleins de découvertes.


Voici le plus surprenant qu’il m’a été donné de vivre : 2 jours en Bretagne pour découvrir le réseau « Bienvenue à la Ferme », un groupement d’agriculteurs qui développent au sein de leurs exploitations, l’accueil de visiteurs sous différentes formes. Tables d’hôtes, hébergement en chambres aménagées dans l’exploitation ou en camping, roulottes etc…des loisirs-découverte genre fermes pédagogiques où les enfants peuvent entrer en contact avec les animaux, fermes équestre et enfin des services divers comme de la vente directe de leurs produits fermiers (légumes, fromages, foie gras…).

Me voilà donc partie (seule, les 4 autres journalistes s’étant débinées) pour un périple de ferme en ferme avec la dynamique Maryse Ollivier qui connaît la région comme sa poche et coordonne le réseau Bretagne (le réseau s’étend dans toute la France.).

 

Première étape, alors que je n’ai encore qu’une idée très vague de ce que je vais découvrir, la Chévrerie de Baradozic. Ca veut dire Petit Paradis et c’est vrai qu’en arrivant, le sentiment de plénitude est bien réel. Située entre Brest et Landerneau à St Divy, la chèvrerie d’Eric et Gwenaelle est à leur image : ensoleillée, empreinte de liberté et joyeuse. L’élevage de chèvres me ravit : il y en a plus de 100, de trois races (alpines, poitevine et saneen) et Eric m’explique que le goût et la consistance du fromage (transformé sur place), dépend du niveau de protéines et de matière grasse du lait, différent selon chaque race, quoi que mange les biquettes. Leur menu est enrichi en graines de lin pour que leur poil soit bien brillant et pour enrichir le lait en oméga 3…Un peu plus loin se trouve les plantations de Gwenaelle qui a décidé de lancer un étal maraîcher bio : on peut acheter aux heures d’ouvertures tout un tas de légumes et fruits bio, ainsi que des paniers de saison tout prêts.

Pendant mon passage, deux habitants de la région viennent acheter un couple de chèvre, cadeau du monsieur à madame qui est comme moi : trop attendrie pour arriver à choisir. Et encore, elle n’a pas tout vu : en me promenant, je rencontre.... le lama de la famille qui me toise d’un air supérieur et s’en va plus loin. Car comme les poneys Shetland, il est en liberté…Bref, entre chevaux qui servent à des attelages pour des manifestations régionales, la récolte des haricots, potimarrons, fraises et de la mâche et les biquettes, c’est vraiment un petit paradis…

www.lachevreriedebaradozic.fr  


Mais il faut déjà repartir, direction la ferme de Croas Men. Changement d’ambiance pour ce camping à la déco déjantée, géré en famille. La première partie du domaine fait résolument sourire avec ses dessins multicolores et naïfs…Il y a un potager et un ensemble de bâtisses qui abritent un musée des appareils agricoles, la salle du petit déjeuner crée dans une reconstitution de pièce à l’ancienne avec poêle et lit à baldaquin, et une salle de veillée avec une petite expo à l’étage, des photos du maître des lieux.
Celui-ci me dévoile aussi une sculpture géante à mi-chemin entre art moderne et objet de savant fou : un robot gigantesque et animé dont il se sert pour raconter aux enfants des histoires traditionnelles qui font peur …Juste à côté se trouve le domaine des vaches laitières qui font l’activité de l’exploitation. Je n’ai pas eu la chance de les voir mais j’ai pu apercevoir Max le cochon et l’endroit de la traite et leur enclos, décoré sur le côté d’une frise qui retrace pour les enfants les étapes de production de lait.

Côté camping, on trouve entre les emplacements des petites maisons que l’on peut louer et au loin, un grand champ avec des ânesses. En 2 secondes me voici sur le dos de l’une d’elles. S’agit-il de Julie ? D’Eugénie ? De Gustine ? Je n’en sais rien mais je peux vous dire que c’est quand même quelque chose de se retrouver « à cheval » sur ces animaux au look hippy, qui avancent librement et sur le dos desquels on est juste passager. www.pageperso-orange.fr/camping.croamen/



Le parcours continu et Maryse me mène droit vers le second paradis de la journée, pas petit celui là : la Ferme Auberge au Char à Bancs. Quand j’arrive ce qui s’offre à mes yeux ressemble à une rêverie : derrière la maison que l’on traverse, une prairie nimbée d’un soleil de fin d’après midi sur lequel se découpent des silhouettes de chevaux qui broutent paisiblement à quelques mètres d’une rivière. L’eau passe par la maison dans laquelle une centrale électrique à été installée : c’est qu’ici, on milite pour le tourisme vert ! Le nom de la famille à qui appartient le domaine résume à lui seul l’esprit du lieu : la famille Lamour s’occupe d’un élevage de porcs un peu plus loin, mais surtout d’un restaurant renommé qui ne désemplit pas, dans lequel on vient nombreux pour déguster la célèbre potée en grandes tablées, cuite pendant plusieurs heures sous vos yeux dans le gigantesque chaudron de la gigantesque cheminée.

Une des soeurs Lamour a créé des chambres d’hôtes un peu plus haut. Décorées avec goût, on aimerait que ce soit notre maison de famille… Et le lendemain, on a du mal à partir après le petit déjeuner préparé par son mari dans la grande salle, qui donne juste l’impression d’être dans la maison de campagne de bons potes.


Entre le cadre absolument idyllique, l’accueil chaleureux et une déco dont on aimerait s’inspirer pour chez nous, façon trucs qu’on voit dans les magazines et qui font rêver, le lieu est devenu un souvenir précieux que je vous invite à aller découvrir ! Un incontournable si vous passez dans la région !

www.aucharabanc.com

 

Après cette nuit passée dans ce cadre romantique et un changement d’itinéraire de dernière minute, on commence de bon matin par une visite à un élevage de chèvres angoras qui donnent…du mohair. Hyper active, l’exploitation comprend un chalet d’accueil écologique qui reçoit des groupes, scolaires ou non, une boutique de vêtements faits en mohair, l’élevage lui-même qui se visite, délivre un journal, la Biquette News et accueil aussi les camping cars. Evidemment, on fond pour les petites blanquettes et aussi pour l’histoire d’Anne Marie Charles, tombée amoureuse des chèvres angora avant même de savoir ce quoi en faire, membre du conseil d’administration du CICA mohair (qui récupère les fibres brutes pour les transformer), co-présidente de l’interprofession du mohair français qui à crée un sceau de qualité et la charte « Mohair des fermes de France », un thème qui la passionne. Hyper active on vous dit !

Je ne peux m’empêcher de craquer pour une luxueuse couverture (120€, quand même) d’un délicat rose orangé poudré...surtout après ma rencontre haute en couleur avec Popeye, le doyen de l’élevage (ci dessus à gauche) dont le pelage à servi à ma couverture ! Qui peut en dire autant ? Plus de traçabilité, impossible !

www.mohair-pays-corlay.com

 

On file alors jusqu’à l’Attelage de la Porte des Prés à la rencontre de Bernard Meneur, accompagnateur de tourisme équestre, qui à imaginé un petit paradis ludo-éducatif qui accueille les enfants, comme en colo.
Sauf que là ils sont 6 maximum à profiter des ces vacances-liberté où il n’y a pas de réveil le matin, où on vous apprend « comment ça marche une ferme » et ou on vous donne des valeurs éducatives pour toujours, à l’occasion de jeux et d’expériences inédites (aller s’acheter un déjeuner équilibré en supermarché avec 3€20, rentrer le foin en tracteur, 'occuper des dindons du poulailler ou étudier la fabrique du beurre)…sans oublier les précieuses leçons de choses et l’approche du cheval et de l’attelage, la spécialité de la maison. J’aurais aimé y passer mes certains été, petite… Une bonne idée pour déniaiser les petits parisiens !

A peine le temps d’ingurgiter quelques tartines de bons produits contenus dans les paniers pic-niques « Bienvenue à la Ferme » (que l’on peut commander dans les ferme du réseau et qui regroupe des produits venus de différentes exploitations), qu’il faut déjà repartir, franchement à contre cœur, pour la dernière ferme. www.portedespres.fr

 

La Ferme de Kerbalan, le plus haut de gamme des lieux qui m’ont été donnés de visiter est une batisse du 17eme siècle encadrée de roulottes, d’une cabane dans un arbre, d’une cabine de spa et d’une piscine donnant sur l’enclos des chevaux, pour un accueil tendance façon « hébergements insolites ». Les chevaux de traits sont très beaux, les chambres joliment décorées, chacune sur un thème, allant de l’équitation à la rose. www.pageperso-orange.fr/brigite.vincent 
 

Pas le temps de s’étendre, nous sommes restées 15 minutes et l’accueil décalé de cette visite, prévue le matin, qui nous a obligées à faire un détour, cumulé à un déversement de lait par des griculteurs en colère (sic) sur la route de la gare bloquant la circulation de la 4 voies, m’ont fait rater mon train…Occasion de plus de saluer encore une fois le dynamisme et la présence d’esprit de Maryse, qui m’a donc laissée avec une bouteille de cidre « attendre le prochain ». Parfaite jusqu’au bout !

Bravo au réseau, bravo aux initiatives d’agriculteurs modernes qui ont su se diversifier en ouvrant leurs portes au public et bravo à l’association des deux qui nous offre de belles perspectives de découvertes dans nos régions, avec des gens généreux et passionnants. Merci à eux!
Renseignements www.bienvenue-a-la-ferme.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Tiloo 07/08/2009 13:25

Ca change d'ibiza mais c'est bien aussi! Quelel chance en effet de pouvoir tester tous ces endroits pour nous en parler ensuite!!