Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Foirades à répétitions, stratégie et shémas amoureux: faut il souffrir pour apprendre ?

10 Août 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COUPLE & PSYCHO

Au détour d’un chemin boueux, celui de la rupture, une idée m’a traversé l’esprit. L’idée que certains refont toujours les mêmes erreurs et que d'autres semblent retenir la leçon. J’ai récemment repensé à ce thème que j’avais oublié et qui m’a mené à l’évidente nécessité d’une réflexion sur le sujet. La voici donc, en live au fil de la plume…

 

Comment expliquer que, parfois, malgré engueulades, récriminations, prises de tête et autres souci de communication, en fait, on se retrouve face à quelqu’un qui semble n’avoir rien entendu du tout? Comme si il n'avait juste pas écouté, pas pas compris, pas retenu ou simplement pas été présent lors de ces discussions houleuses, preuves s’il en est, pour nous, filles, que l’info est passée.

  

Ce type est-il débile ? A-t-il Alzheimer ? Se fout-il de nous depuis le début ?

Cette dernière question est, certes, plutôt extrême, mais devant un tel manque de logique, que peut-on envisager d’autre pour expliquer qu’il recommence? («Bordel mais c’est pas possible, je t’ai dis 1000 fois que le pot avec écrit en lettres dorées SISLEY il ne fallait PAAAAS y toucher !!! Et tu t’es ENCORE fait un masque avec !! Mais faut te le dire dans quelle langue que ça vaut un œil ??? - et que ta crème à toi, celle que je t’ai achetée EXPRES, c’est le tube bleu avec marqué Nickel dessus »).

Bien sûr, cet exemple est un des exemples lights qui ponctuent (malheureusement) une vie de couple sans que, semble-t-il on puisse y faire quoi que ce soi, mais qui ne conduit généralement pas à la rupture (Quoique. La répétition des bpoulettes en renforcent les conséquences négatives).

  

Le modèle se décline par ailleurs à l’infini et, soyons juste, du côté féminin aussi (« Mais bordel, tu as encore touché (comprendre nettoyé/rangé) ma collections de montres/ as encore roulé avec le frein à main (bon d’accord, exemple un peu gros, mais bon)). Toujours le fameux "combien de fois faut-il…"

Mais, surtout, le modèle est déclinable en ce qu’on appelle des schémas, et adaptable de soi envers soi quand on se rend compte qu’on a (encore) merdé. Et qu’on se dit alors intérieurement « Mais bordel, pourquoi a-t-il encore fallu que je lui propose de vivre avec moi au bout de 2 semaines, pourquoiiiii ??? ». Dans le meilleur des cas.

Mais les cas qui m’intéressent sont ceux qui non seulement ne se rendent pas compte de ce qu'ils font, mais surtout ne s’engueulent pas eux même, voyons, ils n’ont pas compris ce qui se passait, mais se disent plutôt " je ne vois pas ce que j'ai fait de mal, c’était encore une hystérique…" alors que la cause/conséquence s’est déjà produite plusieurs fois. On dit que la folie c'est de faire toujours la même chose en espérant une conséquence différente? Ceux qui m'intéressent sont ceux qui n’apprennent pas de leurs erreurs.

 

La question est alors double :

1° Pourquoi mettent-ils tant de temps à comprendre définitivement que, aller trop vite dans une relation sans y avoir été invité/ forcer la main à l’autre/lui faire peur en se projetant sans avoir décelé que l’autre n’en était pas là/ être au contraire trop distant/ne pas s’ouvrir etc…les conduit toujours au même résultat (négatif), et qu’ils ne peuvent espérer obtenir autre chose sans s’y prendre différemment.

 

2° Pourquoi les gens qui font ça pensent-ils parfois que c’est l’autre qui est en tort et refusent de se rendre à l’évidence que ce sont eux qui, en n’observant pas assez, communiquant comme des manches ou en ne respectant pas les règles tacites, créent la situation dont ils sont victimes ?

Car il s’agit un peu de stratégie amoureuse… que certains rejettent en se disant « C’est des conneries, j’ai pas besoin de ça, moi, je ne calcule pas, c’est débile ! » (comme les règles d’usage et de politesse)

Sauf que l’on sait très bien que, dans le fond, ça marche. Qu’une fille désespérée qui le montre (parfois malgré elle), se fera soit avoir, soit ne « séduira » que des connards qui repèrent la proie à des km.
On sait très bien qu’un mec qui veut aller trop vite va se faire claquer la porte au nez.
On sait très bien que courir derrière quelqu’un et être en demande chroniquement, est le meilleur moyen de le faire fuir… et pourtant certains le font, le refont et continuent à le faire, comme s’ils n’imprimaient pas.

 

D’où la question : faut-il souffrir pour apprendre ?


Puisque intellectuellement, on sait toutes ces choses à ne pas faire ou à éviter, qu’on connaît (à partir d’un certain âge s’entend) les réactions qu’on risque de trouver en face de soi si on néglige ces éléments de bon sens…c
’est sans doute avec l’expérience (qu’il s’agisse d’observation, de compréhension par procuration via nos meilleures copines ou de vécu) que l’on module son comportement pour changer et obtenir le résultat que l’on veut.

En conclusion, j’imagine que ceux qui n’en font encore qu’à leur tête et répètent les schémas foireux, n’ont soit pas assez vécu, soit sont très arrogants (façon : c’est elles les connes, moi je sais que tout ça ne compte pas, la prochaine sera d’accord avec moi), soit devront encore une fois se faire larguer douloureusement pour finir par se dire que, peut être, finalement, ils y sont pour quelques chose dans le rejet qu'ils subissent et à faire le lien (ex: se balader à poils dans tout l’appart et se servir dans le frigo au premier matin à peut être une incidence sur la capacité à se projeter de la fille dont on partageait le lit la veille)

C’est une histoire de ressenti, de vision, de révélation, en bref, une prise de conscienceBon courage les gars, je sais que se résoudre à accepter d'être en tort n’est pas facile, mais soyez lucides…nous, bien sûr, on essaie déjà depuis longtemps…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julien 27/08/2009 19:19

Ben ca c'est fort...en effet, on se reconnait bien là. Et e effet, arès quelques années, on est forcés de constater que ce qu'on en voulait pas voir, ni prendre en compte...ben...ca compte! T'es quand même un peu dure mais il faut dire que certains sont de vrais boulets machos qui refusent en bloc toute remarque. Pas moi, bien sûr...