Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avis de grande paresse sur les petits maux du quotidien

7 Mars 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #MAUVAISE HUMEUR

Pourquoi mais pourquoi semble-t-il parfois siiiiii difficile de changer une ampoule ?

Hein ? D’emblée je ne m’adresse qu’à une moitié de la population, la seule qui se reconnaîtra ici, mais qu’importe, j’en fais partie.

l'autre moitié, elle, possède un sens pratique inné, souple, disponible qui permet à ses individus d’agir da façon cohérente et raisonnée :

1° Constat : tiens, l’ampoule à grillé

2° Réaction : aller acheter ou chercher une ampoule en réserve

3° Action : je monte sur un tabouret, je la change.

 

Ca parait simple, hein ? Alors dites moi se qui se passe pour L’AUTRE partie, celle qui semble paralysée par une force extérieure l’empêchant pendant plusieurs jours voir semaines de changer une pauvre ampoule ?

Parce que oui, ca arrive (là je m’adresse aux lecteurs du premier groupe qui ne comprennent même pas que ce dont je parle soit possible)

 

Plein. Nous sommes plein à rechigner devant une fichue ampoule, ou encore devant une tâche que l’on ne semble pas pouvoir se résoudre à accomplir.

Exemple : enlever la trace de scotch qui est restée sur un objet, ou laver le frigo. Dans le frigo, une fois qu’un truc à coulé, si cela n’a pas été nettoyé immédiatement, il y a de grandes chances pour que la trace collante reste quasi éternellement (jusqu’à ce qu’un boyfriend de passage assez maniaque se relève la nuit pour l’enlever).

Mais POURQUOI remet on ca à plus tard ? Pourquoi malgré cet agacement profond à chaque fois qu’on ouvre la porte du frigo, pourquoi malgré ce désagrément récurrent (le pot de moutarde reste collé, le paquet de jambon est tout crado), il ne se passe rien ?

Dans mon cas, une agrafeuse vide peut provoquer une dose d’exaspération fulgurante qui, pour des raisons que je ne m’explique pas, ne se transforme pas en action (sauf celle de balancer la dite agrafeuse en grommelant). Pourquoi va-t-on va pester, maudire cette pu *** d’agrafeuse ?
Parce que l’on sait que la boîte d’agrafes n’est pour ainsi dire JAMAIS à portée de main ou là où elle devrait se trouver!!! Et que l’on sait que l’agrafeuse vide fait partie des situations qui risquent de rester inchangées pendant longtemps, ce qui peut même nous amener à jeter l’agrafeuse par terre dans un geste de désespoir profond (parfois accompagné d'un cri).

 

Pourtant, il suffirait de chercher cette (pu***) de boîte d’agrafes mais on sait, par expérience, que cette recherche sera infructueuse, constat écrasant qui peut aller jusqu’à créer une certaine angoisse. (la peur à chaque agrafe que ce soit la dernière!)

Par ailleurs, notez que la boîte d’agrafes sera restée sous notre nez pendant les 18 mois où l’on n’en a pas eu besoin et qu’elle disparaîtra toujours le jour ou dans un clic pétrifiant, l’agrafeuse se bloquera dans un dernier soupir, faute de pouvoir utiliser la dernière agrafe qu’elle contenait.

Pourtant, quand on doit faire refaire  une clé, on le fait non? Alors que ca fait partie des trucs ch… auxquels il faut penser 3 fois avant d’arriver à ne pas les oublier (comme aller chez le cordonnier récupérer les chaussures qui y sont depuis plusieurs mois ou racheter du ketchup).


C’est comme ce tableau, là, posé au sol que l’on « doit accrocher depuis Noël dernier-mais oui-chérie- je vais le faire, oui bientôt,-mais là non, pas là,-enfin-plus-tard-quoi ».


Comme quoi, il y a au moins un truc rassurant, c’est que non seulement les hommes aussi sont concernés, (voir plus en ce qui concerne toute tâche ménagère impliquant un effort intellectuel majeur - genre lessive) mais qu’on peut aussi arriver à rejeter la faute sur quelqu’un d’autre.

« Mais QUIIIIIIII à piqué mes agrafes, bordel ?! Pu… on ne peut rien laisser trainer dans cette maison ! »

Puéril, de mauvaise foi, mais assez efficace pour déplacer son énèrevement (un transfert on appelle ca en psycho) et reléguer le problème à la prochaine fois qu’on aura besoin d’agrafer un truc.
En attendant, on va mettre un trombone…

 

(« Mais où est passée la boîte de trombones ??????? »)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

D. Ne souhaitant pas être reconnue ... 10/03/2009 12:25

Faisant partie de la première catégorie, je peux témoigner ...J'ai fait pipi un mois entier dans le noir faute de changer une p*** d'ampoule ...
Mais j'aime beaucoup quand on rend responsable quelqu'un d'autre même si cet autre est souvent le chat qui évidemment ne comprend pas pourquoi on s'enerve !