Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’homme idéal travaille chez Hermès

12 Janvier 2009 , Rédigé par La journaliste Publié dans #HUMEUR

L’homme idéal ne l’est pas parce qu’il travaille chez Hermès et qu’il a les soldes du personnel (quoique ceci soit un indéniable bon point), mais juste parce que je l’ai vu, de mes yeux, et que je lui ai parlé, voilà.

Pour commencer, il s’agissait du choix de mon premier agenda Hermès (bientôt 30 ans, j’y ai droit, merde !). Très rapidement, mon oreille s’est dressée : « Du rose vous plairait ? Pas forcément rose dragée comme votre sac, mais… » Rose dragée. QUI dit ca ? Hein ? Bon il y a quelques spécimens, majoritairement homo et bossant dans la mode, de la bouche desquels ce genre d’expression pourrait sortir, mais là, je me suis fait surprendre.

Et puis, la discussion continue. A un moment, il me dit « Parlez-moi. Il faut que j’en sache plus, parlez-moi » (oui, il l’a répété 2 fois) Non mais, QUI m’a jamais dit ca ? Hein ? (oh ca va les copains, pas la peine d’exprimer un sous entendu largement compréhensible par tous !).

Bref, il m’écoute et mes petits soucis de « vous comprenez, quand je le sors de mon sac, il faut que blabla,… » ne l’ennuient pas du tout, il semble passionné, et il en redemande !

Là-dessus, (ca fait quand même 20 minutes que je suis là), devant mon enthousiasme parsemé de doutes devant une adorable couverture bi-colore rose fushia mais ayant des passants pour un stylo (non compris, comme la recharge à 52€, damn it !), il se fait rassurant : « Nos stylos sont en argent massif. Ils coûtent 157€. Mais vous ne seriez pas la seule à ne pas en avoir bien qu’ayant un agenda à passants » Rhooo, je l’aiiiime.

Comme il a néanmoins cerné mon attirance pour le bleu paon (qu’ils n’ont pas), il se renseigne et m’annonce qu’il en a trouvé un à Rennes (sans passants), qu’il le fait venir tout en mettant le rose de côté pour que je puisse comparer d’ici quelques jours, « on vous appellera ». Bon ben ok alors.

Parce qu’il faut savoir qu’il y a énormément de combinaisons et qu’il s’agit presque de modèles uniques tant la production est au compte-gouttes. C’est pourquoi il n’y a pas non plus toutes les couleurs avec et sans passant etc… Conclusion, on m’appelle sur mon portable deux jours après, et je reviens pour le duel final. Je trouve soudain le bleu-paon-sans-passant bien quelconque et lève les yeux d’un air coupable genre « je crois que je vais prendre le premier et vous aurez fait venir celui-ci pour rien. » Il me sourit, comme s’il s’agissait de sa satisfaction personnelle, comme s’il savait déjà et avait fait venir l’autre juste pour que je ne puisse avoir aucun regret, comme si c’était pour lui. En un coup d’œil entendu nous nous comprenons, donc, et il scelle ma satisfaction d’un « c’est celui-là » affirmatif qui respire l’évidence. Il m’a fait un paquet, et je suis repartie avec une jolie boîte orange et son ruban…

Récapitulons: observation, sens de l'esthétique, intérêt, écoute, volonté de faire plaisir, patience, implication, souci du détail, réassurance, (soldes du personnel Hermès)... Heu, comment vous dire???

Merci monsieur le marchand... 

Car c'est bien de commerce qu'il s'agit et peut être qu'en fait d'homme idéal, ce jeune homme (indice-indice) est tout simplement un vendeur parfait comme on en croise si peu, même dans les boutiques de luxe où cela devrait être la norme et où l’on se cogne généralement dans des girafes osseuses qui lancent péniblement au bout de 10 minutes un « bonjour » suffisant en baissant les yeux sur nos ongles non manucurés…


Merci Hermès d’être le gardien d’un véritable sens du service dans un luxe à la française comme on aime !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article