Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les love risk managers, ou la gestion du risque amoureux

8 Décembre 2008 , Rédigé par La journaliste Publié dans #COUPLE & PSYCHO

Le voici le voilà, le tant attendu article que j’ai annoncé à plusieurs reprise de vive voix à certains. Ce thème que je retourne dans ma tête depuis plusieurs années qui s’est enrichi de nouveaux éclairages encore pas plus tard qu’hier soir…Here it is !

J’ai eu encore plus envie de développer ce passionnant sujet depuis l’effondrement des marchés boursiers (le parallèle de mon sujet) et depuis que j’ai, dans la même semaine, rencontré 3 personnes qui travaillent dans le « risk management ».

Vous ne le savez peut être pas, mais le monde de la finance est si volatil que des gens sont payés pour étudier les risques que représentent certains investissements ou projet et qu’on peut donc croiser des « manager du risque », appellation qui me fait toujours rire. (Côté, l’amour du risque, Jonathan et Jennifer Heart, oh, oh oh !).

Mais finalement, tenter de gérer le risque est quelque chose que nous faisons toutes et tous, de plus en plus, dans de nombreux domaines de notre vie et notamment dans le domaine amoureux.

Il s’agit de prévoir, d’anticiper pour ne pas se tromper. Mais que se cache-t-il derrière cette expression, « ne pas se tromper » ? Eh bien en grattant le papier peint social dont un des risques est « perdre du temps avec une personne qui n’est pas la bonne (Il y a vraiment des gens qui disent ca ! Si,si ! Beurk), eh bien vous trouvez un corollaire de risques plus personnels et moins avouables que sont : être trompé, être déçu, passer pour un imbécile, se « faire avoir » etc…

Ouh ! Les vilaines peurs ! Mais la réalité est plus simple : le risque qui regroupe finalement tous les autres et qui nous terrifie est le risque de souffrir.

 

Ben oui. La plupart d’entre nous, adultes, se sont déjà ramassés une ou plusieurs fois et aimeraient ne jamais plus avoir à passer 15 jours sur leur canapé en congé exceptionnel sans solde à bouffer de la glace Ben &Jerry et des macarons !

Bon, bien sûr il y a les masos, les intrépides, les passionnés qui veulent vibrer à tout prix (C. je t’embrasse) et les kamikazes, amoureux du genre humain, qui choisissent de prendre le risque car ils savent que pour gagner gros, il faut jouer gros. (Plutôt ma philosophie du moment).

Et « risquer gros», c’est quoi ? Faire confiance, se dévoiler tel que nous sommes, dépourvu du glaçage social de ce que l’on veut montrer, se laisser aller à des sentiments après de trop courtes vérifications d’usage. Vérifications d’usage ?


Oh, pitié, ne faites pas les hypocrites ! Que celui qui n’a jamais tapé le nom de sa nouvelle conquête sur Google me lance le premier macaron !
Que celle qui n’a jamais tenté d’en savoir plus sur son « mec du moment » via la copine de la sœur du mec qui nous l’a présenté m’envoie une boule vanille-caramel-brownie-pécan ! Hein ? Bon.

Car l’arme fatale au service de la réduction du risque est la connaissance. On pense que plus on en sait sur l’autre, moins on va « se tromper ». Et plus : on va pouvoir gagner du temps et passer à autre chose plus vite si ce que l’on découvre ne correspond pas à ce que l’on cherche.

Des sentiments ? CA VA PAS ? « Pas tout de suite, faut d’abord que je sois sure, tu vois. Parce qu’il m’a dit que…Et ca, tu vois, j’en suis pas si convaincue ! »

Pendant tout ce temps, on se retient, on ne s’emballe pas (puisque les copines ont dit en chœur « Oui, d’accord, c’est bien pour le moment, mais ne t’emballes pas, hein ? »), on dévie, on scrute, on vérifie. Peut être la faute à un certain nombre d’enfoirés affectifs passés avant et qui ont fragilisé un certain terrain…

Et que je fouine sur Face Book, et que je tente de retracer son histoire amoureuse

Bref, mecs ou filles, on passe de plus en plus de temps à cette nouvelle activité qu’est la gestion du risque amoureux pour finir par analyser tout un tas de trucs pas si significatifs que ca en fin de compte.

Mais au fait, les maniaques du pistage de leur nouvelle rencontre ne seraient-ils pas de grands désabusés, convaincus que « ca ne marchera pas » de toute façon? Ne serait-ce pas la une situation d’échec programmé ? Parce que quand on cherche, on finit toujours par trouver un truc qui ne plaît pas, permettant de dire (à la fameuse "meilleure amie) « Tu vois, je te l’avais bien dit ! »


Alors, chercher or not chercher ?

Pour ma part, j’ai choisi de faire le grand saut de la confiance, bien que je ne puisse m’empêcher de lever un sourcil quand je pense à certains « blocages » inexplicables, genre vis-à-vis du téléphone…Malgré ses explications, un mec qui n’appelle pas, ne décroche pas, qu’on en peut jamais joindre et qui « ne capte pas » à la maison, ne peut pas ne pas induire de doutes ainsi que la question du « Tu chercherais pas à cacher mon existence à quelqu’un d’autre par hasard, chéri ? » ou juste au reste de ton monde et faire de moi ta fuck friend et non ta copine?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mat the mat 15/12/2008 11:45

Salut miss,

t'en veux tant que ça aux hommes qui répondent pas aux coups de fil :) ???
C'est sûr, y'a pas que des mauvais parmi eux...


A +
Mat

La journaliste 16/12/2008 18:48


Bien sûr, tu prêches pour ta paroisse, hein! Mais alors je réponds que parmi les filles qui ont + de 150 pires de shoes, il y en a des chouettes aussi, capables de rater les soldes Isabel Marant
sans devoir prendre du Prozac pendant 2 semaines!


olivier 10/12/2008 00:39

un jour ou l'autre le "saut de la confiance" est indispensable sinon, rien ne ressort de cette pseudo relation basée sur le flicage de l'autre.
Après j'admets volontiers qu'il est difficile de trouver la moitié homme ou femme qui saura laisser la liberté et donc la confiance nécessaire à l'epanouissement du 1+1 = 2 ET du 1+1 = 1

La journaliste 10/12/2008 02:37



Tu as bien raison en parlant du 1+1=2 ET (c'est le ET qui est important) 1+1=1. Moi je dis plus simplement que ce qu'il faut c'est 1+1=3: soi, l'autre et le couple...



Christel 08/12/2008 16:36

Ou alors faites comme moi... trouvez vous le plus beau des Argentins.... à 12000 km d'ici....lol!! non sérieusement....VIBRER et PROFITER du moment présent reste ma philosophie..... c'est tellement agréable le bonheur de l'esprit et le réchauffement du cœur!!! et puis au pire.... c'est sympa les macarons!!!!et au moins... ça ne fait pas de cachotteries !!! Allez gros bisous a Cassius!! que lui te reste fidèle car moi même quand mon chat adoré me fait faux bon et bein je crois que c'est pire que tout lol c'est la méga crise!!! lol "Même mon chat ne veut pas de moi"!!! hihihihihihi

Adeline 08/12/2008 15:24

Vu mon week end de merde, j'ai le droit de réponse!
non on ne peut pas avoir confiance en ses gros CONNARDS puisque meme si nous y sommes attachées, leur personnalité revient au galop. Alors la question serait plutot : faut-il tout accepter par amour??