Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Week Up, coach et sport : changer de corps et d’habitudes alimentaires

22 Septembre 2008 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Aventures - tests et découvertes

 MARDI : day 4
Ouh là ! Le réveil qui tue. Chuis en vrac… Il parait que c’est normal. En grands professionnels, les coaches savent bien qu’il y a un fléchissement ce jour là. La pesée où rien n’a bougé depuis hier ne m’aide pas à me dire que ca marche. Mais j’ai déjà perdu un kilo, c’est bien… Je tiens bien le jogging : je cours 50 minutes SANS M’ARRETER !!!!  Mais cela aura eu raison de mes forces du matin.

 

Le cours de fitness-chorégraphie qui suit est pathétique. On ne comprend rien, nos corps font de la résistance. Moments de flottement, de solitude, de frustration devant 3 pas très simples qu’on peine à enchaîner comme si on faisait une chorégraphie de Kamel Ouali. On pense toutes avoir des problèmes de coordination !!! J’apprendrais par la suite que le prof avait fait exprès de ne pas nous donner toutes les clefs pour nous mettre à l’épreuve. Gagné ! Une de nous craque de frustration!! Je la comprend : moi aussi je suis en légère détresse, moment de solitude : mais pourquoi mes pieds vont-ils à droite alors que c’est à gauche et que je le saiiiis ??? Aaaaargh !

Le déjeuner s’avale gentiment (jambon, flageolets, yaourt) et à la sieste !

 

Le cours d’abdo fessiers est redoutable : on a des courbatures de la veille, on connaît à présent les mouvements et du coup, on les fait mieux, donc c’est plus dur. Surtout que cette fois les 40 minutes de cardio ont précédés les exercices, alors on roule au sol lamentablement  avec grâce, nos bourrelets tremblent et nous on fait la grimace. L’après midi se transforme en franc délire général. Entre la fatigue, la complicité qui se crée et les douleurs physiques, les rires (nerveux) fusent depuis la salle d’entraînement ou on pédale sur nos vélos. Et puis après, ce sont plutôt des cris qu’on entend : ceux de celles qui viennent de passer aux abdos fessiers et qui en ch… avec leurs courbatures !!!

En plus, aujourd’hui, il y a électro musculation. Le truc dont on pense qu’en fait ca ne sert à rien mais en fait si : c’est fait pour contracter en même temps, et là : ca marche (regardez ma tête !!)

 

Par chance, un massage musculaire profond est prévu pour moi ce soir ce qui me fait hurler de douleur (le kiné n’y va pas de main morte) mais je sens les toxines s’en aller petit à petit. En même temps, je pense très fort que ce mec fait pareil à l’équipe de France d’athlétisme alors je la ferme et je me dis que j’ai de la chance !

Mais pas le temps de s’appesantir sur cette maigre consolation qu’il faut filer en bas : il y a cours de cuisine.
Là on découvre qu’on peut cuire tout un tas de truc sans matière grasse, faire des sauces hyper originales et des desserts mini calories. On fait cuire de la mangue, on met des herbes et on discute, tordant le coup au passage à quelques idées reçues (Quoi ? Le maïs c’est considéré comme un féculent ???? Et merde….)

On réalise une sublime soupe de petits pois, une ratatouille avec de la dinde (500G pour les coaches, 3 mini morceaux pour nous) et une compotée de pomme.

Au diner, c’est le fou rire général. Je crois bien avoir commencé à pouffer comme une bécasse avec ma cop’s et avoir contaminé tout le monde. La fatigue s’accumule en même temps que la complicité… On éclate de rire à tour de rôle sans aucune raison…Le syndrome star Ac’ !

Je suis presque déçue de ne pas avoir plus faim. Moi qui croyais que j’allais être à l’agonie, ben même pas. Merci les endorphines libérées par le sport ! En allant me coucher, je me regarde sous toutes les coutures. Je trouve que mon corps ne bouge pas beaucoup mais je fais confiance au programme, c’est étudié pour, non ?

J’espère que demain à la pesée l’aiguille aura bougé parce qu’avec tous ces efforts…

 

 

Day 5 : mercredi

 

Le réveil est encore plus dur mais je n’ai toujours pas faim (vive les endorphines !!) Je laisse même une tranche de pain complet (je sens que c’est lui qui met mon estomac en vrac).

Et je me surprends à prendre presque du plaisir à courir dites donc ! A ce stade, je suis presque convaincue que le footing est un incontournable et qu’en rentrant à Paris je vais m’y mettre. Ils n’auraient pas mis un truc dans mon eau hier soir ? Ben oui, j’y vais presque guillerette. Un peu résignée mais quand même, je crois que j’apprécie de courir au grand air… Alors que pourtant il pleut, que nous sommes trempés et qu’on a un peu froid… Les pieds qui font floc floc, c’est pas motivant, et pourtant ! Ca glisse dans la forêt et je manque, dans mon enthousiasme, de me fouler la cheville en dérapant sur de la gadoue !   

Suite: circuit muscu (on commence à avoir l’habitude), sauf que là on met un peu l’accent sur les bras. Tout ces exercices et le fait de ne pas être morte alors que je n’ai pas mangé de féculents depuis 3 jours me fait cogiter. Une vie dissolue comme la mienne, entre présentations presse et apéros au vin blanc et tortillas-guacamole, pourra-t-elle faire bon ménage avec mon nouveau corps ?

On avale mollement avec énergie une mini part de pizza avec salade et ½ orange tout en se disant qu’on aurait peut être pas du se vanter de pas avoir faim…Les féculents, ils sont où ??? Et m…, on aurait pieux fait de la fermer ! Ca va être dur cet aprèm’…

 

Sauf que là : surprise et direction un SPA enchanteur perdu dans la montagne. Au programme ; j’aime mon corps et je lui veux du bien ! Sauna, piscine et jacuzzi nous détendent et nous ressourcent. C’est bien de changer de décor ! Et celui-ci (de décor) est absolument à couper le souffle : la piscine et le jacuzzi en plein air sont au milieu d’une cuvette et entourés d’arbres et de montagnes. En prime : un massage du visage par les divines mains de la divine masseuse.

 

En rentrant, ls abdos fessiers sont un retour à la réalité un peu abrupte mais finalement pas si terrible. MON DIEU ! Je suis piégée : je commence à aimer ca !

Je me dis même que je POURRAIS avoir du plaisir à courir à Paris…Les salauds, ils m’ont eue !

Diner : Bouillon de légume, dinde, carottes. (ci-contre!!!)

Je me couche en étant déçue de ne pas voir plus vite les changements de silhouette mais j’ai quand même perdus 2 kilos dont je sais que ce sont 2 « vrais » kilos : ni eau, ni muscle, que du mauvais gras, et ca, ca fait s’endormir en souriant !   

Retour au début du stage                 Jour précédent

Lire la suite

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

olivier 20/10/2008 23:14

une deux, une deux, encore un peu et le muscle remplacera les arrondis généreux et voluptueux !
quelle belle assiette !

licornedargent 16/10/2008 10:41

Hmmm... suis pas convaincu par les repas en fait. Ca m'a l'air bien austère tout ça. En tout cas félicitation, tu es une gladiatrice !