Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jardin sur balcon

25 Juin 2008 , Rédigé par Anne Thoumieux Publié dans #HUMEUR

C’est la mort dans l’âme que je quittais le 26 janvier dernier mon appartement du IIeme arrondissement. Et pour cause. J’avais pu jouir jusque-là d’un luxe inouï dans Paris, celui de posséder un jardin. Pas un jardin commun ou décoratif qui se résume à un parterre de fleurs. Un vrai coin de jardin privé, au fond d’une cour calme, avec un noisetier et un robinet pour arroser.
Je m’étais donné du mal pour que de l’herbe pousse, bien qu’il soit situé à l’ombre la majorité du temps. J’avais aussi planté, dépoté, replanté, gratté et arrosé terres, plantes et fleurs jusqu’à obtenir un petit coin que mes amis m’enviaient.

J’avais surtout pris goût à ce loisir qui occupe tant les français : le jardinage. Comment allais-je faire sans ces heures précieuses qui filaient à toute vitesse, passées à jardiner, sans penser à rien et qui me détendaient tant ?
C’est donc résignée que je découvris mon morceau de balcon, étroit et donnant sur la rue. J’entends déjà certains s’écrier : mais un balcon, c’est déjà un luxe dans Paris ! C’est vrai. Et c’est, finalement consciente de son excellente exposition, très ensoleillée, que je décidais de retrousser mes manches pour recréer un petit bout de nature derrière mes fenêtres… Le chat avait survécu à ce manque, je le pouvais aussi.


Cela passa par l’achat compulsif de plantes fleuries, de jardinières à accrocher, d’un très bel arrosoir et … de pieds de fraises et de tomates !!!
Après les avoirs soigneusement replantés, j’ai attendu, et j'ai vu de quoi la nature était capable : donner des fruits, dans un pot posé sur un balcon de la rue la plus poussiéreuse (et buyante) de Paris en ce moment (cf les travaux réveil-matin de la Mairie de paris).


Je les ai bichonnées, j’ai enlevé les mauvaises herbes, j’ai fait venir des spécialistes pour des consultations « Alors là, tu vois, pour que tes tomates poussent bien, il faut que tu pinces les tiges, comme ca. ». « Aaaaah ».
L’émerveillement était à son comble.


Après, un peu d’amour, beaucoup d’eau fraîche, de patience et de soleil,  elles étaient là, rouges, charnues, chauffées par les rayons et… recouvertes de poussière : mes fraises !
J’ai blâmé ces maudits travaux dont la poussière étouffante à eu raison de certaines, racornies, blanches et desséchées.

Mais je me suis vite enthousiasmée devant ma récolte qui, une fois lavée, à révélé un goût incroyable, doublée d’une bonne dose de satisfaction et de béatitude. J’avais en effet pris soin de choisir une variété connue pour son goût de fraises des bois, la Mara des bois.

J’attends maintenant l’arrivée des tomates qui rougissent doucement en contemplant mon joli balcon fleuri avec des boules Quies.
Demain, si cela ne vous fait rien, peut-être que je ne vous parlerais de rien car je ne serais pas là. Voilà.


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

e.journaliste 06/05/2009 10:29

Bonjour, dans le cadre d'un reportage tout simple sur le retour de la saison des fraises, je cherche une personne cultivant des fraises sur son balcon.
Pourriez vous me contacter par mail ou au 01 44 09 03 68
bonne journée

E

olive 21/08/2008 23:38

quelle belle plume et quel beau balcon !

La journaliste 24/08/2008 21:38


MERCI!!!


marga 19/08/2008 17:50

Bravo Anne !!, tes post d'humeur et de mauvais humeur m'ont bcp fait rire, très bien ecris !, je decouvre tes talents cachés. Allez!, je m'abonne à la newsletter, ça me permettra d'avoir de tes nouvelles de temps en temps. Besos!

La journaliste 20/08/2008 18:07


Ravie! En effet, j'essaie de vous faire sourire, chers lecteurs...
Bises!


Humpty Dumpty 03/07/2008 02:35

Je te reconnais bien là! Ta photo est trop mignonne. Et ton blog est super chouette. Je te fais tout pein de bisous.

Anatole France 26/06/2008 14:55

Quel enchantement de lire un si joli message dans un monde de brutes et de poussière !
Merci pour toute cette fraîcheur et cette douceur.
Vous êtes une fée du clavier.