Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un who’s who des RP ?

15 Novembre 2013 , Rédigé par La journaliste Publié dans #Analyses & RP, #Secrets de journaliste

Un who’s who des RP ?

Avec la rentrée, c'est la reprise des présentations, des déjeuners de presse, des mouvements dans les organigrammes, la valse des journalistes dans les rédactions et des attachés de presse en agence… Quelques mois plus tard, c’est de nouveau le grand méli mélo des prénoms à associer à des visages…

Que celui qui n’a jamais dit « Bonjour comment vas-tu? » avec un grand sourire à quelqu’un dont il ne se souvenait plus du nom me jette le premier DP!

Après enquête, discrète -cela va sans dire- non, je ne suis pas la seule à galérer et culpabiliser quand je ne me souviens plus du nom de quelqu'un, alors qu'on s'est écrit 30 fois et qu'on s'est parfois même déjà rencontrés. Il peut s'agir d'attachées de presse, de gens travaillant pour une marque, ou d'autres journalistes…

C'est toujours hyper gênant d'être reconnue par quelqu'un qu'on est sensé connaitre (on a parfois même fait un dej ensemble) et ne pas s'en souvenir. Ne plus se souvenir du nom… voire pas du dej non plus! Et pourtant…

Et pourtant non seulement ça arrive à d'autres mais cela me parait inévitable!

D'abord car comme je l'ai dit, ça bouge pas mal, et qu'on n'est pas des machines avec un tableau excel dans la tête! Sans compter que parfois quelqu'un change de poste et on le découvre plusieurs mois après. Ensuite parce souvent les échanges sont virtuels, comprendre: par mail et pas de visu. Si on est curieux, on peut toujours aller voir sur FB à quoi ressemble l'attachée de presse à qui on vient de demander une info par mail, mais faudrait quand même avoir beaucoup de temps. Car, et c'est une autre des raisons de cette difficile reconnaissance, on échange avec tellement de monde qu'il est impossible de se pencher sur le cas de chacun! D'accord, certains journalistes répondront qu'ils travaillent en général avec les mêmes, et bien sûr on a des domaines d'activités privilégiés (moi je connais les attachées de presse beauté et forme, pas gastronomie ou high tech -encore que), mais quand même, les sollicitations sont si nombreuses qu'il est impossible d'identifier tout le monde.

Le copinage aide, c'est sûr, mais dans d'autres cas, on peut avoir une super accroche avec un parfait inconnu au téléphone… et oublier ces échanges quelques semaines plus tard faute d'une rencontre.

Un who’s who des RP ?

Finalement, cette sur-sollicitation notamment due aux réseaux sociaux et à la vente de base de données de contacts journaliste, fait qu'on reçoit énormément d'info qui polluent notre cerveau déjà saturé. Je m'en rends compte, comme vous surement, également sur FB ou Twitter: qui n'est jamais tombé sur un profil sans pouvoir se rappeler qui est cette personne ou d'où il la connaît.

Et c'est là que le clivage se fait: il va bien sûr y avoir des lecteurs de ce blog pour hallluciner et répondre que "Non, moi je connais tous mes contacts, c'est bon arrête de faire ta star". Preuve s'il en est que cette surcharge de contacts est vraiment inhérente à notre métier ou disons, à notre secteur. Car je sais que d'autres lecteurs seront d'accord, principalement ceux qui sont dans la presse, la communication, l'évènementiel…

Dans ces métiers et avec les réseaux sociaux, le champ des possibles s'est étendu de manière quasi illimitée! On peut être partout, contacter n'importe qui (ou presque), lancer n'importe quel projet en moins de temps qu'il n'en faut pour créer une page FB.

On peut être partout, donc… il faut être partout!

Alors que chacun devient un "objet", alors que chacun a envie de partager sa life sur la toile, alors que chacun à un blog, un projet, un truc à promouvoir, à développer, à faire connaitre, il existe bel et bien une pression qui induit la course aux contacts! Dès lors qu'on a un auditoire, vive le personal branling! (jeu de mot issu de "personal branding", le fait de se mettre en scène soi-même ou son activité pour la promouvoir, ou "marketing personnel" en français).

Un who’s who des RP ?

Pour en revenir au sujet de ce post, ma réflexion a évoluée au sujet de ces multiples contacts qui sont plus que des contacts, pas vraiment des amis, mais moins que des collègues. Ces contacts que parfois je n'ai jamais vu, mais avec qui on peut glousser au téléphone, ou qu'on a au contraire rencontrés sans ensuite se souvenir du comment ou du pourquoi, noyé dans un flot de présentations presse qui se succèdent parfois si vite que l'une fait oublier la précédente… Au départ, je culpabilisais, j'essayais désespérément dans ce tourbillon de "faire genre", pour ensuite me rendre compte que c'est le cas pour tout le monde. Ça doit même être bien pire pour les attachées de presse dont c'est une partie du job de savoir qui fait quoi! (cf la scène du Diable s'Habille en Prada où pour une réception les filles révisent des fiches et soufflent ensuite les identités à l'oreille…)

Depuis, j'essaie de raccrocher les wagons avec tacts quand ca arrive, pour parfois m'apercevoir que la personne en face de moi me regarde avec le même air suspicieux empreint de gêne en mode "Merde, je la connais mais d'où???". Là on peut rigoler ensemble!

Il faudrait donc vraiment faire ce Who's Who des RP ou chacun mettrait à jour son profil avec l'agence ou la boîte qu'il représente, une photo, les budgets dont il s'occupe etc…l'avantage pour les attachées de presse c'est que les bases de données journalistes contiennent ces infos régulièrement mises à jour, ce qui leur permet de tricher! ;-)

Mais pour commencer, je propose que lors des évènements, les acteurs, marques ou presse, se présentent convenablement! En effet, je suis souvent surprise pour ne pas dire un peu choquée, par le fait que les gens présument qu'on les connait et omettent de se re-situer. C'est beaucoup le cas quand on est journalistes face au responsable marketing d'une marque, ou la responsable de l'agence de presse, ou l'attachée de presse elle-même qui pense peut être justement qu'on a été la googliser avant l'évènement pour la reconnaitre!

De ce point de vue, les badges qu'on nous remet parfois, aussi cheap soient-ils, ont leur utilité! Dommage qu'ils soient principalement destinés aux journalistes pour qu'on sache qui ils sont (alors que souvent on se connait entre nous), et non aux journalistes pour savoir qui leur parle! (les PDG portent rarement ces fameux badges!)

Du coup, tant pis pour le reproche sous-jacent, dans ces cas-là, même -et surtout- quand ca fait 15 minutes qu'on parle sans que la personne ne se soit présentée et alors que c'est elle qui "reçoit" ou qui organise, j'ose un "Et vous êtes?"

Finalement, c'est rarement moi la plus gênée des deux!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dokan Michèle 18/11/2013 21:54

Attends encore qq années et tu verras: les gens qui auront un nom se compteront sur les doigts d'une main! Car - et je suis désolée de te le dire - ça ne s'arrange pas avec les années!!!